Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 15:24
Fin de règne : les escapades du dictateur congolais se terminent sur la tombe de son ancien ennemi et allié Bernard Kolélas

info@mccdcongo.com

Annoncé depuis plusieurs jours à Paris pour un voyage de dernier désespoir diplomatique et de lobbying, le dictateur congolais Denis Sassou Nguesso dont la chute est plus que jamais éminente, a finalement décidé de mettre fin à son escapade en allant ironiquement se recueillir et déposer une gerbe de fleurs le jeudi 13 novembre 2014 sur la tombe de son ancien ennemi et allié, Bernard Kolélas.

S’il y a l’une des qualités que l’on reconnait du dictateur congolais Denis Sassou Nguesso, c’est sa capacité de changer, en peu de temps et sans difficulté, d’attitude et de comportement en passant « de bourreau à ami » de ses victimes, comme un batracien qui mue et s’adapte à tout climat. C’est peut-être l’une des raisons l’ayant conduit à se surnommer « Cobra ». Et nombreuses de ses victimes en ont d’ailleurs fait les frais.

En allant ironiquement déposer une gerbe de fleurs sur la tombe de l’homme dont il avait menacé de tirer l’avion qui allait l’embarquer, le dictateur congolais veut montrer au clan de Bernard Kolélas que même mort, ce dernier compte toujours parmi ses faux amis qu’il peut utiliser pour satisfaire ses besoins et ses caprices.

Mais ce que le dictateur congolais oublie c’est que, comme en 1990 lorsque le peuple congolais lui exigeait la conférence nationale souveraine, malgré ses multiples nuits passées sur les tombes de ses victimes, le même peuple lui exigera le départ, malgré ses apparitions qui certainement se multiplieront, sur des tombes de certaines de ses victimes.

Croit-il vraiment que les enfants Kolélas dont le papa avait clairement qualifié son ancien allié de l’URD-PCT de « diable avec sa longue queue », pourraient-ils vraiment oublier toutes les souffrances qu’ils ont vécues en exil avec une maman ne supportant pas les différents et changeants climats du Mali et de la France ?

Les enfants Kolélas qui bien que recevant des miettes tout en étant méprisés pourraient-ils oublier que « leur retour au pays avait été obtenu au prix de leur humiliation par un dictateur inhumain faisant du chantage à leur père qui avait dans ses bras, le corps de la femme de toute sa vie et mère de ses enfants » ? Même s’ils avaient pardonné par manque de choix, ses enfants oublieront-ils, le chantage subit de la part d’un dictateur sans pitié, pour obtenir après un long refus l’établissement d’un passeport congolais permettant ainsi à leur maman chérie (paix à son âme) d’être évacuée du Mali en France pour bénéficier des soins médicaux ?

Denis Sassou Nguesso réalise-t-il que les enfants Kolélas et les militants du Mcddi, sont bien conscients qu’ils auront beaucoup plus à gagner dans un Congo démocratique que dans un Etat policé et dictatorial dont le général d’armées et ses sbires sont les seuls maitres ?

Qu’à cela ne tienne, la fin d’escapade du dictateur Denis Sassou Nguesso sur la tombe de son ancienne victime qui le traitait de « Diable ayant une longue queue » est un signal de plus d’un homme aux abois, faisant désespéramment et par pratiques secto-maléfiques, confiance aux morts.

Que le despote Denis Sassou Nguesso et ses laquais le notent et le comprennent pour toujours : « ni des morts, ni des lobbies françafricains ne pourraient le défaire du piège pacifique et populaire dans lequel il s’est pris ». Et surtout pas la dépouille de Bernard Kolélas.

Puisse la terre être toujours légère à Bernard Kolélas et son âme se reposer en paix, qui ne devrait pas être perturbée par la longue queue du diable.

MCCD : La Voix du Peuple Libre

Partager cet article

Economie

Catégories