Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 22:08
(Congo-Brazzaville) Appel Solennel au Peuple du Sud Congo et aux Soeurs et Frères du Nord

SUD CONGO

octobre 19, 2014 /

Conférence de presse du 10 Juin 2014 aux Salons Hoche – Paris.

Peuple du Sud Congo,

Aux Sœurs et Frères du Nord,

Tout d’abord, je fais cette adresse aux intellectuels du Nord, de regarder avec lucidité non feinte, sans acrimonie dirigée, la réalité de la situation qui nous préoccupe aujourd’hui. Ne pas le faire, c’est démissionner de la responsabilité qui est la vôtre. Ne pas le faire, c’est accepter l’inéluctable et demain dire : "si l’on avait su…" Eh ! Maintenant : Vous savez ! Vous savez que :

  • C’est à vous qu’il incombe le devoir, l’absolue nécessité d’expliquer aux Sœurs et Frères du Nord que force est de constater que l’ex-République du Congo dite du Congo-Brazzaville que l’on présente comme "Une et Indivisible" résulte d’un mariage qui n’a, en définitive, jamais eu lieu entre les Territoires Nord Moyen Congo au-delà de la Léfini et les Territoires Sud Moyen Congo en deçà de la Léfini.

  • C’est à vous d’expliquer l’Histoire, celle de l’après-midi du 28 novembre 1958, lorsque les 22 députés du MSA avaient boycotté l’Assemblée Territoriale siégeant à Pointe-Noire, pour ne pas reconnaître la conversion de l’Assemblée Territoriale en Assemblée Nationale de la République du Congo et élire Fulbert Youlou avec transfert de son siège de Pointe-Noire à Mfoa dénommé Brazzaville.

  • C’est à vous d’expliquer que la genèse de ce mouvement sournois mené depuis, contre les ressortissants du Sud Congo, qui est seule à l’origine de l’hécatombe culturelle, cultuelle, sociale, sociétale et politique, que vous vous plaisez tant à décrire, en taisant l’essentiel et sans en tirer les conséquences : la partition !

Aussi, de quelle République "Une et Indivisible" parle-t-on à Ceux qui y croient ? Peut-on se dire UNIS, alors que le consentement initial n’a jamais eu lieu ? Quelles chances et sur quelles bases préserver la vie et la sécurité des personnes et des biens dans chacun de nos Territoires lorsque le climat politique est devenu totalement malsain par la dominance de l’un pratiquant un génocide atroce sur l’autre ?

Aussi, en dépit de nos obscures volontés conciliatrices, rendons nous à l’évidence la plus élémentaire : la colle qui devait UNIR le Nord Moyen Congo et le Sud Moyen Congo n’avait pas prise et n’a jamais prise !

L’UNION ne s’est jamais faite avant de recourir à la programmation et à la réalisation manichéen, méthodique de son génocide pour mieux le spolier. Le mariage n’a donc pas eu lieu entre le Nord Moyen-Congo et le Sud Moyen-Congo. Parce que pour s’unir, il faut être au moins deux, librement, sans phagocyter l’autre.

Comment peut-on donc continuer à se prévaloir Président d’une République "Une et Indivisible" par la ségrégation, la force sans intelligence, sinon machiavélique ?

Comment peut-on chanter les louanges de l’Unité alors que l’on perpétue le dessein de ceux qui se sont opposés à sa naissance ?

Comment peut-on encore, tuer, massacrer, assujettir, avilir en se prévalant d’une Unité et d’une Indivisibilité entre Territoires jamais unis, si ce n’est par le génocide du nord pratiqué au sud ?

Comment peut-on encore être Maître des milices paramilitaires et autres cobras, ayant pratiqué l’extermination de 750 000 Congolais du Sud Congo, ayant sans humanisme aucun, sans Etat d’âme, enfermés vivants dans des containers, jetés dans le fleuve pour certains, dans des trous, arrosés d’essence puis brûlés vivants pour d’autres, demander aux parents survivants de ces 353 martyrs de vous porter aux nues ?

Comment peut-on encore trouver des défenseurs de tels méfaits chez nos Frères et Sœurs du Nord qui se réclament de l’illusoire Unité qu’il n’y eut jamais aucune Union légitime ?

Comment peut-on encore continuer à se prévaloir Président d’une République "Une et Indivisible", établie par la force d’un génocide, Pays dont les ressortissants viennent de faire renaître l’Etat du Sud Congo en se fondant sur les actes des Pères Fondateurs, Fulbert Youlou, Félix Tchicaya et Stéphane Tchitchelle, de 1958 par dépôt d’une Requête de déclaration aux Nations Unies le 30 avril 2014 et demande à l’ONU sous son Egide d’organiser un référendum de libération-partition au sud Congo ?

J’en appelle aux Sœurs et les Frères du Nord d’accepter avec apaisement la réalité de notre Histoire pour enfin la compléter par l’édification de l’Etat Nord Sangha à convertir par Vous en République, ce qui n’a jamais été fait, de manière claire, non ambigüe et non sournoise, contrairement à celle du pouvoir de clan d’Oyo qui pratique l’ostracisme, le népotisme, la discrimination et l’arbitraire tout azimut même à l’égard de nombre de ressortissants du Nord.

C’est à cette seule aune que vous vous libérerez du pouvoir du clan d’Oyo qui a annihilé vos consciences. Cette à cette aune que reposeront en paix, et vous seront reconnaissants, tous ceux que ce pouvoir, ce système, a massacré en votre nom, la perspective l’exige.

Sinon, il serait à craindre qu’en dépit des campagnes de non-modification de sa Constitution, qui malgré tout se fera, en dépit des solutions légalistes dans la continuité du système actuel, Vous, et Vous seuls, serez les prochaines victimes, les prochaines cibles, si ce n’est déjà en cours, pour que son "futur protégé" gouverne le Nord dans la paix dévolue aux cimetières.

Cette éclosion d’un Etat du Nord Sangha, voisin à celui du Sud Congo, permettra à nos enfants et petits-enfants, s’ils le veulent, et il suffit que les conditions soient réunies, d’œuvrer plus tard pour cheminer ensemble, un jour. Pour édifier la véritable République Une et Indivisible, comme il a été rêvé par nos Pères. Parce que ce sera par consentement mutuel, par reconnaissance de l’autre comme tel, parce que tous les citoyens seront alors égaux en droit et en devoir.

Attelons-nous à construire nos deux Etats souverains construire nos deux Etats souverains, l’image de la Tchéco-Slovaquie, nous convient ; nous pourrons ainsi faire l’économie de tout déchirement ultérieur inutile.

C’est la seule solution pour sortir de cette République fictive soi-disant "Une et Indivisible" à sens unique qui n’a jamais été unie, source de toutes dissensions entre Nord et Sud.

Pour se consacrer aux problèmes nombreux qui se posent à nos Peuples respectifs : accès à l’eau et l’électricité, accès à la santé et aux services sociaux, accès à l’éducation et à la formation professionnelle ; construction des routes en lien avec la création des entreprises pour l’Emploi des jeunes, indemnisation des victimes, paiement des retraites ; revalorisation des carrières administratives et militaires en fonction des classes. Bref, pour satisfaire leurs besoins sociaux et économiques. Nos deux Etats souverains consolidés sur la confiance seront le fer de lance de la création des Etats-Unis d’Afrique Centrale car pour s’Unir faut-il qu’il y ait encore de vrais Etats à Unir. Le vaste marché tant attendu par les partenaires.

J’appelle de nouveau le PEUPLE DU SUD CONGO au calme. De ne pas céder aux provocations inutiles en lien avec la modification de Sa Constitution par voie de Congrès. Je réitère que pour la PAIX DE TOUS, pour préserver la vie et la sécurité des personnes et des biens dans chacun de nos Territoires, pour éviter des drames inutiles tant au Nord Sangha qu’au Sud Congo, attendons avec sérénité le REFERENDUM D’AUTO-DETERMINATION sous l’égide de l’ONU.

Comme indiqué ici pour l’existence de l’Etat du Sud Congo :

http://sudcongo.wordpress.com/2014/10/12/sudcongo-referendum-de-partition-pour-le-sud-congo/

Merci,

Que vive l’Etat du Sud Congo !

Modeste BOUKADIA

Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo

Condamné à TRENTE (30) ANS de travaux forcés

Pour crime d’être démocrate et d’exigence de bonne gouvernance.

Paris le 16 octobre 2014, capitale de la République Libre du Sud Congo

Partager cet article

Economie

Catégories