Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 08:09
ETAT DU SUD CONGO : A propos de l'expulsion de deux journalistes par le régime de Sassou Nguesso

Expulsion de deux journalistes du Congo :
Sadio Kanté-Morel et Elie Smi
th

La situation actuellement délétère à Brazzaville, exige de nous adresser à vous, Peuple du Sud Congo, et de sensibiliser ceux de nos proches voisins du Nord. En moins d’une semaine, deux journalistes, Sadio Kanté-Morel et Elie Smith, ont été expulsés en dépit du droit et des lois que ce régime se targue d’être l’émanation.

Que ces deux journalistes trouvent ici notre compassion et notre soutien.

Ce n’est là, hélas, que le développement d’une situation qui ne nous étonne guère de la part de ce régime.

En effet, déjà dans l’indifférence des opposants attitrés, autoproclamés, labélisés officiels, 28 cadres et militants du CRDC avaient été enlevés chez eux le 21 août 2013 à 7h30 du matin et séquestrés pendant 9 mois sans jugement à la Maison d’arrêt de Pointe-Noire. Après un faux-procès, le 9 Avril 2014 sur acte d’accusation délivré le 31 mars 2014 par la Cour Criminelle de Pointe-Noire pour "atteinte à la sûreté de l’Etat", 14 ont été acquittés et 14 autres condamnés à 7 ans de prison ferme pour avoir exigé lors d’un meeting populaire un Gouvernement d’Union Nationale pour un changement de cap dans la gouvernance de ce pays. Ils ont été condamnés pour avoir exigé, devant la misère abyssale d’une population sans recours, sans secours, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale devant permettre, à tous, du Centre, du Nord, du Sud, de l’Est à l’Ouest, d’œuvrer enfin à l’édification d’une Nation qui n’aurait pas pour norme l’exclusion, la discrimination du Sud au profit du Nord, la vassalisation de ceux du Centre, de l’Est, de l’Ouest, ce qui est actuellement le cas et la norme d’aujourd’hui.

Cela aurait pu s’éterniser longtemps encore, si nous n’y avions mis fin en créant et proclamant l’État du Sud Congo en date du 14 Avril 2014.

Beaucoup se sont écriés. Les mêmes se sont souvenus soudain que nous devrions être Un et Indivisibles. Ce sont ceux-là même qui, hier encore, théorisaient la suprématie invasive des ressortissants du Nord sur ceux du Sud marginalisés, infantilisés, martyrisés, assassinés.

Ceux-là même qui s’étaient tus lors de la tragédie du Beach. Ceux-là même qui, en 1997, avaient avalisés le manque à l’appel de 750.000 ressortissants du Sud Congo. Ceux-là même qui, parce que cela arrangeait leurs desseins obscurs, se sont tus à la condamnation, à la déportation de MM.

- Sylvain MIAKAMONA NZINGOULA, Paul Marie MABIALA MPANDZOU et Valentin TSIAKAKA condamnés à SEPT (7) ANS de détention ferme.
- Judicaël MBANZA, Joseph KIMANGOU, Gilbert BIBILA, Antoine MABOYI, René SILAHO, Eloge MATSIMOUNA MOUYEKET, Pierre Placide KIALOUNGOU, Jean Claude TANDOU, Mesmin BANAGOUNA condamnés à CINQ (5) ANS de détention ferme.
- Landry LONDE MOUSSA et Sylvain Privat NGOMA condamnés à DEUX (2) ANS de détention ferme.

Ceux-là même qui aujourd’hui, se lamentent de la disparité inégale du recensement tout en s’apprêtant de participer aux élections qui confirmeront ce corps électoral inique. Ceux-là, toujours eux, qui aujourd’hui se demandent jusqu’où ira ce régime après ces deux expulsions qui, pour aussi spectaculaires qu’elles soient, ne présument que très peu des tribulations à venir sur ces ”Autres“ que nous acceptons dorénavant à demeurer.

Nous, au Sud Congo, conscients d’avoir pris nos responsabilités, que nous assumons sans faillir, sans exclure, sans animosité primaire, c’est non sans inquiétudes que nous observons ce qu’il adviendra de nos sœurs, de nos frères, ressortissants du Nord, tout aussi épris de liberté mais pris au piège par ce régime qui pour se survivre à lui-même, devra nécessairement les exclure pour que ne demeure que le noyau tribal qui commandera à tous, sur ce qui leur reste de territoire.

De Ceux-ci, nous saurons avoir la compréhension à cet acte politique salvateur de la création et la proclamation de l’Etat du Nord Congo qui, à la lucidité alliera l’intégrité morale.

Vive l’Etat du Sud Congo.

Modeste BOUKADIA
Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo
Condamné à TRENTE (30) ANS de travaux forcés
Pour crime d’être démocrate et d’exigence de bonne gouvernance.

Paris, le 27 septembre 2014 – 11:16

Partager cet article

Economie

Catégories