Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 17:08
(Congo-Brazzaville/Guinée) La Guinée et Alpha Condé blaguent avec l’argent congolais et l’envoient à Dubaï !

alpha condé-sassou nguesso -

Comme chaque année après les cérémonies des « municipalisations accélérées », après l’effervescence liée aux décaissements massifs de billets, Brazzaville entre dans sa torpeur administrative estivale. Les mêmes intervenants, publiques ou privés, congolais ou étrangers, tous repus, ivres de leurs richesses, n’ont plus qu’une seule hâte : quitter au plus vite le Congo pour profiter de vacances qu’ils croient bien méritées.

Il est vrai que cela a dû être épuisant d’abuser du « Trésor Public congolais » et de dépenser dans un trou comme Sibiti plus de 450 milliards de FCFA (l’équivalent d’un milliard de dollars). Cette enveloppe représente environ 50% du budget d’investissements de la Ville de Paris pour 2014. Pour quels résultats ? Pour Sibiti et pour le pays, aucun bien entendu ! Certes, avec des coûts de revient multipliés par 10 (comme pour les prétendus 4000 puits à forer par Asperbras) le résultat ne peut être que pitoyable, comme dans toutes les autres régions qui ont bénéficié du programme « municipalisation »…

A tout saigneur tout honneur ! Pardon ! A tout seigneur tout honneur ! Le signal du départ a été donné comme toujours par l’indéboulonnable homme aux incalculables mandats présidentiels (six selon la Constitution de 1992). C’est le premier à s’être extirpé de la puanteur brazzavilloise dans son avion-joujou de président ; direction Marbella, résidence officielle d’été de la dictature congolaise. Il pourra, comme à son habitude, y pratiquer son sport favori, que tout le monde lui connait : « le lancer de billets ! » aux populations européennes ignorantes et reconnaissantes qui le saluent chaleureusement dans la rue. Les drapeaux rouges sont restés dans les placards du PCT. Dans les valises de l’autocrate, on y a mis tout ce qu’il a de plus pimpant et de plus étincelant (bling-bling) pour pouvoir briller auprès de ses amis « jet-setteurs » brigands milliardaires en dollars comme lui, (Russes, Saoudiens, Qataris), qu’il va retrouver chaque été.

Néanmoins, avant son départ, l’immortel Sassou Nguesso a pris soin de jeter quelques billets de banque au général Yhombi Opangault qui est arrivé à Paris le 24 aout 2014, par le vol air France , dans un très piteux état, porté sur le dos de sa femme mama Marie Noëlle, ayant surement économisé sur la course de l’ambulancier. Eh oui, la crise oblige ! Prions pour notre ex-président car le pire est à craindre.

Antoinette, la « maman-Lumandé », a pris un autre jet un peu plus petit, dans une autre direction : celle de l’Afrique du Sud pour goûter à la fraîcheur de l’hiver austral, sûrement loin de sa « Dir-Cab Blandine » et pour mieux s’en reposer.

Les rejetons, nombreux, très nombreux, iront profiter de cette longue récréation dans les meilleurs endroits de la planète bien éloignés d’un pays qui ne les supporte plus, tous autant qu’ils sont. Ils ont carrément tous leur jet-privé qu’ils prennent comment nous prenons notre RER ; mais la comparaison s’arrête là… !

Alors que dans leurs palaces ou dans leurs maisons de rêve, les voyous qui nous gouvernent « se la coulent douce à Miami[i]» ou à Marbella, les débats constitutionnels dans toute l’Afrique font rage et sont une diversion bien utile. Heureusement pour tout ce monde de pilleurs, pour les Congolais et pour tous les autres Africains, chacun y va du commentaire de son article et de la nécessité de le respecter ou de le changer. L’essentiel est pourtant ailleurs !

Le véritable enjeu de l’avenir du Congo et de l’Afrique est la gouvernance, LA BONNE GOUVERNANCE et rien d’autre ! Ceux, et ils sont pléthore, qui ne l’ont pas respectée devraient être automatiquement exclus des débats et bien entendu de toute possibilité de se maintenir au pouvoir d’une manière ou d’une autre.

A chacun des crédits irresponsables, que notre autocrate-monarque Sassou 1er avait accordés à ses amis dictateurs comme lui, nos protestations n’avaient pas suffi à les interdire. Il aurait fallu que les Congolais manifestent dans les rues de Brazzaville, de Pointe Noire et de Paris ; défendre son bien, comme on défend sa vie ! Hélas, ils ne l’ont pas fait, mais cela ne saurait tarder…

Alpha Condé avec la Guinée avait été un des premiers à bénéficier des largesses et de la folie prévaricatrice et corruptrice de Sassou 1er. Rien d’étonnant qu’un mauvais usage ait été fait de nos 56 millions de dollars que « nous » lui avions prêtés en 2011 et qu’il ne nous remboursera jamais ! Depuis ce pays d’Afrique de l’Ouest aurait obtenu de la grande compagnie minière Rio Tinto une avance de 700 millions de dollars dont la population n’a pas vu la couleur.

Il y a quelques jours cependant, un site d’informations sénégalais Seneweb (http://www.seneweb.com/news/Diplomatie/la-douane-met-la-main-sur-les-devises-du_n_133436.htmlb) a révélé qu’un colis, de 4 milliards de FCFA en plusieurs devises (dollars et euros), en transit d’un petit avion privé vers un avion de ligne Emirates à destination de Dubaï, avait été intercepté par la Douane sénégalaise. La présidence à Conakry aurait immédiatement réagi pour qu’il parvienne bien à Dubaï.

La Banque Centrale de la République de Guinée (PCRG) pour se justifier et couvrir l’opération a publié alors un document qui la liait avec le transporteur officiel MSS Security. Curieusement, on découvre, et Congo-Liberty est bien le premier à s’en rendre compte, qu’il ne s’agit pas seulement de 10 millions de dollars, mais au total en réalité de près de 85 millions de dollars…. ($58 millions+€20 millions). Certes, si le transport n’est pas clandestin mais bien officiel, il reste que l’on ne peut que s’étonner du montant et de la destination, Dubaï, qui a été prise par les coupures de banque européennes et américaines.

Chaque coupure, américaine ou européenne, a pour vocation de retourner un jour auprès de la Banque Centrale qui l’a émise (imprimée).

Qu’allaient faire les 85 millions de dollars à Dubaï ? Du tourisme ? Du shopping ?

Tout ce que vous voudrez, mais sûrement pas une transaction officielle ! Pour certains, il s’agissait d’alimenter des comptes chez des correspondants ; pour d’autres des comptes bancaires à New-York.

Alors, pourquoi Dubaï et non pas New-York ou Francfort ? Le ministre des finances guinéen se comporte comme une commerçante analphabète d’un marché de Conakry ou de Brazzaville ; la maman sait compter, mais elle n’y connait rien aux chèques et aux virements ; alors pour elle, seules les bonnes liasses de billets bien gras peuvent être utiles pour s’acquitter d’une dette ou régler un achat ! Mais ce genre de pratique n’a pas cours, ni pour une entreprise et encore moins pour une Banque Centrale ! Les billets de banque auraient dû retourner vers la Réserve Fédérale pour les dollars et vers la BCE (Banque Centrale Européenne) ou au moins vers le compte de la Guinée en euros à la Banque de France.

Autre hypothèse : la Banque Centrale de la République de Guinée blanchirait-elle de l’argent sale (congolais ou guinéen) à Dubaï ?

Conakry, et Monsieur Alpha Condé en premier, sur bien des plans se sont montrés comme des vassaux de l’autocrate-monarque Sassou 1er. Force est de constater que le mépris de l’orthodoxie financière et de la bonne gouvernance, à entendre le mécontentement violent qui gronde à ce sujet chez les Guinéens, est au même niveau en Guinée que celui que l’on déplore au Congo-Brazzaville.

Comme pour les parasites qui nous gouvernent, qui chaque été partent profiter de sites idylliques hors d’Afrique, les sommes colossales générées par l’exploitation minière ou pétrolière, s’évadent en permanence et de la même manière vers leurs paradis (fiscaux) des Virgin Islands, de Singapour, de Hong-Kong, de Macao et de Dubaï !

Mais qu’ils en profitent tant qu’ils le peuvent encore. Les faux débats constitutionnels seront bientôt clos d’une manière ou d’une autre et tous les trésors cachés, congolais et guinéens, seront tous retrouvés… !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

[i] Serge Gainsbourg « Le poinçonneur des Lilas »

Partager cet article

Rigobert Ossebi - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT Afrique

Economie

Catégories