Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 10:02
(Congo-Brazzaville) C'est la fête...

C’est la fête…

C’est la fête…

Dans les années 1970-1975, un chanteur français, Michel Fugain, prônait le changement à travers une chanson entraînante :

“Tiens tout a changé ce matin
Je n’y comprends rien
C’est la fête, la fête
Jeunes et vieux grands et petits
On est tous amis
C’est la fête, la fête…”

Utopie ou rêve ! Tout dépend du pays.

Le 15 Août est un jour de fête puisqu’il a été déclaré et enregistré comme la journée de la fête nationale au Congo.

Cela devrait être un moment de liasse, de joie. Qu’en sera-t-il ?

Avec un président qui se terre dans son village, qui décide depuis Washington au cours d’une conférence de presse qu’il y aura modification de la constitution par voie référendaire…, qui nomme ses descendants à des postes-clés dans la gouvernance du Congo-Brazzaville, comment va se dérouler cette fête du 15 août ? Qui sera invité, et le must de ce quizz, qui répondra favorablement et sera présent à cette invitation "trappe" ?

Lorsque la vie professionnelle (y compris politique) suit le soleil dans sa course vers l’horizon, le souvenir, l’empreinte que vous laisserez est le fruit de votre travail. Un monarque entend crier à ses oreilles : "A mort le roi ! Vive le roi !". Oui, c’est bien une page qui doit se tourner. Lorsque les clameurs ne font que murmurer, les grondements se préparent. Le rossignol ne tardera pas à chanter le déclin.

Cette digression pour tenter de répondre à cette devinette : quel(s) pays "ami(s)" sera ou seront présent(s) le 15 août au Congo pour célébrer la fête ? Comme tous ceux qui surveillent les humeurs d’Eole, il ne faut pas hisser la grand-voile par vent fluctuant, au risque de dessaler. Mieux vaut pratiquer le cabotage. Mais pour cela, il faut savoir lire une carte maritime et connaître la côte. Sinon le remède est pire que le mal.

Qui osera s’afficher dans cette période de tourmente politique, de récession économique aux côtés de Monsieur Sassou ?

On fête l’indépendance, journée populaire par ces festivités, journée du souvenir et souvent journée chômée. L’année est composée de 52 semaines. Comment vivre et gouverner pendant ces 364 autres jours ? L’union fait la force dit un proverbe.

Cette union, qu’elle soit volontaire, orientée ou programmée entrave cette indépendance au profit d’un marché, d’un respect d’échange ou de paix. C’est ce que Monsieur Étienne de la Boétie dans son discours de la servitude volontaire soufflait dans les consciences. Mieux vaut choisir ses chaînes.

N’est-ce-pas Monsieur Boukadia, qui au nom de la démocratie, de la paix et de l’union nationale, vous avez écopé de 30 ans de travaux forcés, qui vous sont tombés du ciel… eh oui, vous avez choisi le respect de votre prochain, vous suscitez des jalousies et il faut bien tenter de "plomber l’ambiance", sinon on risquerait d’oublier que ce pays est sous l’emprise d’un dictateur depuis 35 ans officiellement, mais comme j’aime ce que l’on appelle "les années de nourrice", ou l’on apprend à tirer les ficelles, je compterais plutôt 45 ans…

Pas trop usé depuis ce temps ! Si cette fatigue se mesure par vos réalisations, vous avez plus tenu dans vos bras le "sceptre" que d’ouvrir vos bras pour recueillir des idées constructives et ainsi maintenir le Congo comme pays phare, à l’époque de Brazzaville-La-Verte, à l’époque de Monsieur l’abbé Fulbert Youlou. Cet homme du Sud qui a investi et misé sur l’avenir, avenir que vous lui avez "écourté", en lui subtilisant tout.

Idem sur le plan des relations internationales. Vous êtes devenu Monsieur le futur ex-président de la République du Congo, un peu comme une gorgone qui rode dans un cercle très fermé, un peu comme un piège, que vous avez élaboré.

Votre nasse est tressée par la corruption de personnalités internationales, de procès, d’une constitution qu’il s’apprête à auto-piétiner, sans raviver des douleurs associées à la disparition d’un quart de la population congolaise. Je ne parle pas des trois quart de million qui « manquent à l’appel » dans le sud du Congo.

La reine de Sabbat et Cléopâtre se lavaient avec du lait d’ânesse, pour préserver leur jeunesse. Le sang que vous avez sur les mains, autre fluide corporel ne présente pas ces mêmes atouts. Dommage ! Pour la jeunesse, il vous reste le botox ou la chirurgie plastique.

La Russie à l’époque où elle était qualifiée de "grande" avait intrinsèquement un vivier de penseurs. Votre regard, Monsieur Sassou est toujours tourné vers l’est.

Est-ce pour observer l’évolution de l’Ukraine et de sa partition ? Votre force est qu’aucun média international ne rapporte vos exactions puisque pour vous tout s’achète, et vous y mettez le prix, comme d’habitude. Mais grâce à vous, en France, Monsieur Sarkozy est entré en disgrâce pour les futures élections présidentielles. Soixante millions pour une conférence ou pour un soutien indirect de la France ? Vous omettez un détail : le respect ne s’achète pas. Il s’acquiert.

Autre camouflet, en dehors de la déclaration de l’Etat Sud Congo, le pays qui tient à cœur à Monsieur Denis Sassou, la R.C.A, ou bien volontiers, il se propose comme médiateur, vient aussi de demander la partition entre le Nord et le Sud. Dans l’astrologie arabe, "Dieu Sauve la Nation" est-il du signe du couteau ? Probablement puisqu’avec un couteau, des blessures surviennent et le sang coule. Mais reprenons le fil de cet exposé, la Fête Nationale du 15 Août, qui n’est pas la fête de l’indépendance – un pays sûrement très riche pour avoir 2 jours de fête ! – aura-t-elle bien lieu ?

Grandes cérémonies ! Probablement comme Denis Sassou sait le faire royalement, en éclaboussant ses concitoyens par des fastes évènementiels ! Est-ce normal lorsque la majorité de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté ? Mais à cela, le président actuel y est peu attentif.

Un président qui parade malgré ses tracas pendant que Mademoiselle Sassou engrange de gros bénéfices lors de ces transactions ? C’est bien cette dame qui négocie avec les investisseurs…

En dehors de cette ombre que la famille présidentielle repousse d’un revers de main, il y a un autre point noir : les prisonniers, ceux qui ont été arbitrairement arrêtés chez eux, parce qu’ils sont membres d’un part politique autre que le PCT. Parce qu’ils sont du sud. Parce qu’ils sont Kongo. Ceux-ci sont "promenés" aux 4 coins du pays, si celui-ci était une figure géométrique, parce qu’ils n’ont pas renié leur appartenance au C.D.R.C. Exactement comme on déportait les Juifs. Heureusement la résistance est une gangrène qui ne se contrôle pas d’une tour de contrôle. Dommage !

Pourquoi maintenir des Hommes emprisonnés (avec un grand H car c’est aussi un échantillon de l’Humanité) depuis presque un an, alors que le tribunal de Pointe-Noire avait rendu un non-lieu, faute de preuve ? Parce que tout simplement, ils sont du sud du Congo. Donc, pas des humains.

Les exhibe-t-il comme un chasseur montre ses trophées ?

Au moins Ben-Hur montait dans son char personnellement et paradait au centre de l’arène. Dommage que le Congo-Brazzaville ne possède pas d’école équestre. À défaut de dresser les Congolaises et les Congolais pour se faire vénérer, il suffirait de dresser la plus belle conquête de l’homme, le cheval !

Sont-ils des appâts de chasse ? Et si tel est le cas, pour attraper qui ? Est-ce pour pousser Modeste Boukadia à la guerre pour qu’il lui ressemble ?

De gros nuages s’amoncèlent, et cette fête risque de prendre l’eau surtout avec l’annonce de la modification de la constitution depuis Washington comme pour défier son propre peuple… Parce qu’il a le soutien de Poutine, mais Monsieur Poutine a fort à faire avec l’Europe malgré les vacances (excuse irréprochable) ; quant aux États-Unis, le président Obama tisse des relations pour qu’une ovation lui soit tirée lors de son départ de la Maison Blanche…

Que restera-t-il sur cette mappemonde ? L’Asie, le Moyen-Orient et l’Afrique ?

Au Moyen-Orient, l’été sera très chaud. Il faut désamorcer cette situation explosive… sinon on risque de s’acheminer vers une plus grande catastrophe que personne ne pourra plus jamais arrêtée.

En Afrique, 2015 et 216, des années très électorales. Chaque candidat va compter ses brebis et ses prédateurs. Les concurrents à la course présidentielle ou celle du Sénat, ont fort à faire pour élaborer leur programme qui les rendra éligible. Donc peu de candidats aux mondanités internationales.

L’Asie et plus précisément la Chine et l’Inde, pays intégrants le "BRIC", émergents grâce à des hommes d’affaires, allant vers l’intérêt de leur pays, servant les leurs. C’est de la logique pure… car l’inverse ruine le pays, par un pillage visible aux yeux de tous.

En politique comme dans les affaires, il n’y a pas d’amis, nom très usité pour les saluer uniquement, mais des partenaires, des relations plus ou moins mondaines, des relais ou des concurrents.

Quels que soient "ces amis", les contacts s’entretiennent et la parole se respecte pour faire perdurer ces relations. Monsieur Esope, prédécesseur de Jean de La Fontaine, lui-même prédécesseur d’un illustre inconnu qui faisait déjà parler les animaux. Comme la morale de la fable de "La belette dans le grenier" est qu’il ne faut pas confondre les affaires des autres avec celles qui nous préoccupent.

Donc, ma préoccupation que je souhaite partager est : est ce que le15 août 2014 sera-t-il fêté ? Ce jour-là est aussi consacré à Marie dans la religion chrétienne. En clair, une journée lumineuse. Le sera-t-elle pour tout le monde ?

Si lors de cette Fête Nationale, les défilés et festoiements se préparent, où auront-ils lieu ?

Je me permets de souligner que Brazzaville est toujours la capitale de notre beau pays qui tombe en lambeaux mais qui se trouve géographiquement dans le Pool qui précisément fait partie de l’Etat du Sud Congo.

Si Monsieur Sassou est logique, c’est à Oyo que cela devrait se faire parce que cette contrée est devenue la capitale de l’Etat du Nord Congo pour confirmer la rupture de l’unité du pays qu’il a engagé avec la partition du pays. Cette hypothèse pourrait mettre à mal les hypothétiques invités.

Ne rien faire ? Après avoir entériné le jugement de Jésus de Nazareth, le condamnant à la crucifixion, Pons Pilate s’en lava les mains. Comment après autant d’années aux commandes du Congo, peut-on rejeter ce que l’on a tant adulé ? Ne rien faire c’est aussi reconnaître que l’on passe le relais, mais à qui ?

Les propositions sont les bienvenues.

Merci de m’avoir suivi dans mes alertes, cris pour un pays que j’aime, pour tous nos enfants qui souhaitaient apprendre à lire et à écrire, et que pour certains, ils sont devenus des enfants soldats, arrachés à leur famille pour apprendre… les armes.

Souhait que chaque famille éparpillée de par le monde puisse se retrouver dans le pays qui est aussi leur berceau.

Espoir pour l’avenir en tirant cette sonnette d’alarme, pour rebâtir tous ensemble, enfin ceux qui voudront. Je ferais partie de ces femmes présentes à la nouvelle naissance du Congo, celui ou tout citoyen a le droit de recevoir instruction, soins, et respect, ou chaque Congolais (femmes et hommes) puisse se nourrir grâce à un travail, se draper dans la dignité, et développer ensemble routes, eaux, énergie pour le confort de nos Anciens, pour le nôtre, et enfin pour celui de nos enfants et celui des générations futures.

Non, ce n’est ni le rêve du Pasteur Martin Luther King ni celui de Mandela, c’est un avenir qui est à notre portée si nous le voulons VRAIMENT.

Je vais, en conclusion, plagier la formule du CDRC "Ensemble, construisons l’avenir". Beau programme, est-ce aussi le vôtre ?

PM LEHO-OUAMBA, Femme, Amie et Maman (FAM).

Moungali, le 02 août 2014.

Partager cet article

Economie

Catégories