Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 11:17
(Congo-Brazzaville) Révision de la constitution au Congo : un non-sens

Le débat « vers une révision de la Constitution au Congo ? » organisé le 27/07 dernier par la RFI, Radio France Internationale, entre le PCT et les opposants ont montré la limite des arguments et la mise en scène d’une escroquerie politique.

“Que feraient le PCT et l’opposition si jamais Denis Sassou Nguesso s’abstient de toute modification ou de toute révision de la Constitution ? Ce qui veut dire garderait la main pour organiser les élections présidentielles en présentant à sa place son neveu ou son fils qui continuerait sa politique de discrimination et de destruction du Congo.
Nous, nous avons fait le choix responsable, humaniste de la création de l’État du SUD CONGO. Aux autres de prendre leurs responsabilité
s."

1. Parler par les temps qui courent avec la création de l’État du SUD CONGO s’est faire l’impasse volontaire de ne pas parler de la rupture de l’unité du pays dont le responsable est Monsieur Denis SASSOU NGUESSO.

2. Autrement dit. La création de l’État du SUD CONGO en réaction de l’existence de l’État du Nord Congo de fait instauré par Monsieur Sassou Nguesso par discrimination des autres composantes de la population congolaise a ipso facto modifié la constitution du 20 Janvier 2002 et en conséquence quand le PCT qui dit vouloir aller « vers la révision de la Constitution du Congo » doit d’abord et avant tout expliquer au peuple du Nord Congo “quelle Constitution” va-t-il réviser ?

3. Les opposants quant à eux tiennent mordicus que la révision de la Constitution du 20 Janvier 2002 n’est pas à l’ordre du jour. Soit.

4. Aucun intervenant, que ce soit du côté du PCT ou de l’opposition voire des journalistes n’a voulu poser la question de fond, à savoir : que feraient le PCT et l’opposition si jamais Denis Sassou Nguesso s’abstenait de toute modification voire toute révision de la Constitution du 20 Janvier 2002 ?
Ce qui veut dire qu’il ne se représenterait pas mais c’est le même Sassou Nguesso qui aurait la main pour organiser les élections présidentielles de 2016 avec toute vraisemblance qu’il se choisirait son homme de paille, un neveu ou son fils, qui continuerait sa politique de discrimination des Congolais et de destruction de l’ex-République du Congo.

C’est pourquoi la vraie solution responsable et humaniste, pour éviter encore des querelles voire des guerres, parce qu’il y en aura quoi que l’on fasse puisqu’il s’agit de conserver le pouvoir, est bien la création de l’État du SUD CONGO par PARTITION DE FAIT du Congo en deux États distincts du Nord et du Sud qui se respecteraient en ayant de bonnes relations de bon voisinage. C’est la solution pour se préserver. Pour préserver les vies humaines du Nord et du Sud. Pour préserver l’essentiel : le droit à la vie.

Modeste BOUKADIA
Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo

Paris, le 29 juillet 2014.

Partager cet article

Modeste Boukadia - dans Sassou Nguesso Congo-Brazzaville PCT