Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 08:53
[Congo-Brazzaville/Françafrique] Nicolas Sarkozy, le décomplexé de l’argent du dictateur Sassou-Nguesso

Par OLIVIER MOUEBARA -

Alors que le dictateur Sassou-Nguesso doit être mis sur le ban de la communauté internationale, son carnet de chèque a été accueilli avec appétit et bienveillance par Nicolas Sarkozy.

Invité prestigieux du dictateur Sassou-Nguesso au forum sans intérêt Fourbes Africa de Brazzaville, Nicolas Sarkozy devrait empocher entre 100.000 et 500.000 euros pour quinze minutes de blabla.

Oublié son fameux discours de Dakar selon lequel « les africains ne sont pas entrés dans l’histoire ». Nicolas Sarkozy n’a pas résisté devant l’épaisseur du chèque du dictateur congolais Sassou-Nguesso. Et Carla Bruni ne vend plus de disques !

Oublié également son discours de Marseille sur l’immigration, qui n’est que la conséquence du soutien des dirigeants français aux dictateurs africains en général et congolais en particulier.

Le général de Gaulle avait fait de l’argent son « seul adversaire ». François Mitterrand fustigeait l’argent « qui corrompt et qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes ». Nicolas Sarkozy est le premier président de la Vème République française à clamer haut et fort sa fascination pour l’argent, y compris celui du dictateur Sassou-Nguesso, et à briser un tabou.

Les symboles de Nicolas Sarkozy sont le Fouque’ts,, le yacht, la Rolex, les chemises Lacoste et Eden Park achetées par dizaine.

Dans le livre (l’Impétueux, Grasset), Cathérine Nay apporte un éclairage inédit sur les relations qu’entretient Nicolas Sarkozy avec l’argent et s’interroge sur les ressorts de la phrase qu’il prononça quelques semaines seulement après son installation à l’Elysée: « Je ne ferai qu’un quinquennat… ensuite, je gagnerai beaucoup d’argent. Dans le privé, comme avocat, je gagnerais dix fois plus ».

L’argent représente pour Nicolas Sarkozy la liberté, résume Franck Louvrier, son conseiller presse.

Après Rachida Dati à Mpila, qui avait promis de faire construire des écoles pour les enfants congolais(une faribole de plus), Jean-François Copé, invité l’an dernier par le dictateur Sassou-Nguesso au même forum de Fourbes avait touché la somme de 30.000 euros.

L’entrée de Nicolas Sarkozy dans le flot d’argent qui coule au Congo ne fait que confirmer sa propension pour ce poison.

Pour mémoire, Nicolas Sarkozy avait augmenté son salaire à plus de 19.000 euros net par mois le 16 mai 2007 au lendemain de son investiture. Cette augmentation était devenue effective le 30 octobre 2007. Les députés français n’avaient rien décidé du tout. Ils n’avaient qu’approuver un amendement déposé par le gouvernement.

Nicolas Sarkozy aime l’argent d’où il vient.

Des 50 millions de Kadhafi pour le financement de sa campagne électorale en 2007 selon Médiapart en passant par le scandale Bigmillion, Nicolas Sarkozy est attiré par l’argent.

Comme son serviteur le dictateur Sassou-Nguesso, Nicolas Sarkozy se croit incontournable et intouchable. Jusqu’à communiquer avec son avocat avec un téléphone portable acheté sous une fausse identité. Même au Guatémala, un ex chef d’Etat n’aurait pas osé.

Mais, quand on fréquente les dictateurs, on utilise leurs méthodes.

On ne sait plus très bien, si c’est Nicolas Sarkozy qui doit encaisser le gros chèque du dictateur congolais Sassou-Nguesso à l’issue du forum des Fourbes, ou Paul Bismuth.

Comme le dictateur Sassou-Nguesso, il y a malgré tout, quelque chose qui cloche.

Comment Nicolas Sarkozy (qui n’aime pas les petits pois), même en manipulant l’opinion, peut-il imaginer que les Français voudront élire en 2017 un candidat qui aura amasser les fortunes pendant cinq ans à faire des discours creux payés 100.000 dollars par Goldman Sachs, et entre 100.000 euros et 500.000 euros par le dictateur Sassou-Nguesso ?

En acceptant l’argent du dictateur Sassou-Nguesso, Nicolas Sarkozy préparerait sa cagnotte pour rembourser le montant du dépassement des frais de sa campagne électorale de 2017 ?

Jérôme Lavrilleux n’est plus là pour établir les fausses factures.

A défaut de s’expliquer devant les juges, Nicolas Sarkozy préfère distraire une cohorte de stupides et de bénis oui-oui au forum des Fourbes de Brazzaville.

La roue tourne. Quoi qu’il arrive, Nicolas Sarkozy devra rendre cet argent aux congolais. Il n’alléguera pas le complot de la Stasi.

L’argent est regardé au mieux comme un mal nécessaire, au pire le plus souvent comme le poison corrupteur qui envenime la société.

Les congolais sont avertis. Après l’achat des armes de guerre stockées et disséminées dans les quatre coins de Brazzaville, le dictateur Sassou-Nguesso soigne ses soutiens à coups de gros sous.

Sa manœuvre est claire: acheter les consciences pour modifier ou changer de constitution. Si le dictateur Sassou-Nguesso s’aventure dans cette voie, ce sera un casus-belli.

Nous sommes prêts à délivrer le Congo avec notre sang. Pourquoi donner autant d’argent à Nicolas Sarkozy et autres, alors que les congolais vivent avec moins de un dollar par jour ?

Olivier Mouebara

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Economie

Catégories