Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 17:11
(Congo-Brazzaville) ECAIR : Brazzaville-Dubai, la desserte de l’incitation à la débauche

Par OLIVIER MOUEBARA -

Les actionnaires identifiés de la compagnie aérienne Ecair voulaient la porter sur les fonts baptismaux des flottes respectables. C’était sans compter sur la légereté et les tours de passe-passe de la famille du dictateur Sassou-Nguesso.

Le dépôt de bilan programmé de la Compagnie aérienne Ecair s’écrit au quotidien devant nos yeux. Nul doute que cette compagnie aérienne, rejoindra, par sa gabegie les cendres d’Air Afrique, saccagée jadis par les hommes du dictateur Sassou-Nguesso.

La gestion de la chose publique n’a jamais été l’alpha et l’oméga du système mis en place par le tyran Sassou-Nguesso.

A peine créée, la Compagnie aérienne Ecair fait déjà tinter les casseroles.

Alors que l’argent du pétrole congolais coule à flots dans un océan de misère, quelques caciques qui gravitent autour de la famille du dictateur Sassou-Nguesso, habitués à détourner impunément les deniers publics, se sont appropriés la desserte Ecair de vendredi à destination de Dubai.

Il en est ainsi tous les week-ends, et ce, depuis la mise en place de cette desserte.

Généralement accompagnés des filles et des femmes désœuvrées, qui plus est de mauvaise moralité, le vol Brazzaville-Dubai de vendredi soir, n’est en réalité qu’une incitation organisée à la débauche.

Ces voleurs de l’argent public s’envoient en l’air en détournant des mineures. Ces jouisseurs assouvissent leurs bas instincts, l’espace de ce vol Ecair Brazzaville-Dubai.

Pour encourager cette débauche, le dictateur Sassou-Nguesso avait mis ses petits pieds dans les grands plats des dirigeants de Dubai. Vicieux et calculateur, il s’était employé à les travailler au corps. Obstiné, le dictateur Sassou-Nguesso a réussi le tour de force d’obtenir des assouplissements dans l’octroi des visas pour Dubai.

Aujourd’hui, il est plus facile d’obtenir un visa pour Dubai qu’un passeport congolais.

Au moment où les femmes d’autres contrées se battent pour occuper une place de choix dans la sphère publique, les nôtres s’adonnent à la débauche. Elles se livrent à des prédateurs pour un week-end à Dubai, alors que ce sont les mêmes qui annihilent leur avenir.

Cyniques, ces derniers rechignent à se protéger. Propager les maladies sexuellement transmissibles est plus fort qu’eux. Le préservatif ne serait qu’une chimère pour tenter de dissuader leur libido.

Le fameux chemin d’avenir n’est en réalité que le chemin vers le cimetière. L’émergence 2025 n’est qu’un vœu pieux. Des slogans creux qui n’ont pour but que de détourner des faibles esprits féminins, en les incitant à la débauche.

De Brazzaville à Pointe-Noire, en passant par Dolisie et Owando (abusivement appellé Doha), ces femmes, dépourvues de repères et de moralité, répètent sans sourciller: « Soki olingui nga, méma nga na week-end na Dubai ». Traduction: « Si tu m’aimes, emmene-moi en week-end à Dubai ».

La femme congolaise n’étant pas le symbole de la chasteté et de l’innocence, quel est ce congolais ordinaire, aussi amoureux soit-il, soit capable d’offrir un week-end à Dubai à une femme, avec l’argent de poche en sus ?

Les dégats collatéraux de cette incitation à la débauche sont connus: des grossesses non désirées. Même si(pour le moment) ces femmes viennent accoucher dans les hôpitaux publics français, elles se retrouvent généralement seules à « élever » leurs enfants. Il est connu de tous que ceux qui gravitent autour du dictateur Sassou-Nguesso, méconnaissent l’éducation. Ce n’est pas un hasard si la Morale a quitté les quartiers congolais.

Elever un enfant n’a rien de commun avec l’épaisseur d’une enveloppe. Il faut y consacrer de son temps. Or, ces prédateurs n’ont guère le temps pour leur progéniture. Procréons et demerdez-vous, telle est leur devise.

En rupture familiale, ces enfants délaissés sont régulièrement sous la protection du juge des enfants quand ils vivent en France. Des mesures d’assistance éducatives sont mises en place sous la forme contractuelle.

L’assistance éducative concerne tous les mineurs qui sont en danger. Abandonnés par ces prédateurs irresponsables, ces enfants non désirés sont en danger. Le juge des enfants intervient pour pallier la défaillance des « parents ».

Le Congo du dictateur Sassou-Nguesso jouit au jour le jour, au grand dam de la majorité des congolais. La fertilité débordante et incontrôlée serait à présent leur sacerdoce. L’immédiateté rythme le quotidien des congolais. Des familles paupérisées baissent les bras en voyant leurs filles sans avenir devenir des péripatéticiennes. Ces dernières devenant la « sécurité sociale » familiale.

Le système mis en place par le dictateur Sassou-Nguesso est basé sur le cynisme. Incapable de respecter les hommes, ce système s’emploie depuis des décennies à dévaloriser la femme congolaise.

Cette desserte de la honte, de l’incitation à la débauche devrait nous faire réfléchir. Dans des pays sérieux, ce qui est loin d’être le cas du Congo, le Procureur de la République aurait ouvert une enquête préliminaire. Seulement, au Congo, Sassou-Nguesso est juge et partie. Ce vol Brazzaville-Dubai est la dernière pelletée de terre sur ce qui reste d’éthique au Congo.

Olivier Mouebara

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Olivier Mouebara - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT

Economie

Catégories