Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 07:44
Congo-Brazzaville : Denis Sassou-N’guesso aurait confié à son émissaire de dire au roi Makoko qu’il n’a besoin que de 5 ans de plus

Congo-Brazzaville : Denis Sassou-N’guesso aurait confié à son émissaire de dire au roi Makoko qu’il n’a besoin que de 5 ans...

by Officiel Brazzanews -

Voici comment Denis Sassou-N’guesso compte rempiler à la tête du Congo-Brazzaville

Tout un questionnaire se pose sur la stratégie du président Denis Sassou-N’guesso lui permettant de rempiler à la tête du Congo-Brazzaville en 2016. Selon un proche de l’homme, après les éléctions locales, plus précisément en 2015, le pouvoir préconise de convoquer une concertation citoyenne à l’image de celle de 2009 boudée par l’opposition qui, à ce moment, avait reçue le qualificatif de
« radicale ». Il y entraînera les partis qui le voudront bien.

Ceux qui s’y opposeront n’auront qu’à s’en prendre à eux-mêmes. A cette concertation, le pouvoir suspendra l’actuelle constitution pour ouvrir la voie à une transition politique. Combien de temps durera la transition ? Une chose est certaine, la présidentielle de 2016 sera repoussée à une date ultérieure.

Et c’est au cours de cette transition que la Constitution sera remplacée par une autre, un nouveau processus électoral engagé avec tout ce qui s’y rattache, maîtrise du corps électoral…Etc. Après quoi, la présidentielle pourra avoir lieu avec comme candidat du parti au pouvoir le président Denis Sassou-N’guesso. Lequel, selon des sources proches du Palais du peuple, ne réclame, cette fois-ci, que 5 ans de plus à la présidence, une fois que le mandat présidentiel sera revu à la baisse lors de toutes les réformes envisagées.

Cela a été le mobile qui l’a emmené, il y a peu, à déléguer un émissaire auprès du roi Makoko afin que le patriarche rassemble quelques sages des Plateaux en vue de réclamer le changement de la Constitution. Le chef de l’Etat aurait confié à son émissaire de dire au roi Makoko qu’il n’a besoin que de 5 ans de plus.

Or, il apparaît clairement qu’en réalité, les 5 ans que le président Sassou veut obtenir, auxquels s’adjoint la transition qu’il dirigera, sont à ajouter à l’actif de sa longévité aux affaires, ce qui ne réjouit guère une bonne partie de l’opinion. Là où le bât blesse, d’après les observateurs du landernau politique africain, c’est que le président Sassou peut ne pas parvenir à maintenir la paix dans le pays pendant tout le temps qu’il mettra à constituer une nouvelle république ayant de nouvelles lois et institutions.

A tout moment, le pire peut arriver, étant donné que les autres activistes politiques ne croiseront pas leurs bras en regardant sans mot dire et sans rien faire le pouvoir prendre ses décisions.

Jeannot IBARA

Partager cet article

Jeannot Ibara - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT

Economie

Catégories