Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 12:16
(Congo-Brazzaville) Volte-face du Pasteur et Chef-Cobra Willy Nguesso

Par RIGOBERT OSSEBI -

Sassou-et-l'épouse-pasteur-de-son-neveu-le-pilleur-de-Socotram

Willy César Nguesso, au début de cette année, était on ne plus franc lorsqu’il avait affirmé vouloir mettre la clef sous la porte du « Club 2002 » et ainsi être le premier à quitter le navire de la dictature familiale. Fallait-il croire également à sa « révélation divine » qui lui fit entendre l’appel de Dieu et embrasser sa nouvelle mission de Pasteur ? Mieux vaut tout de même rester prudent… !

Toujours est-il que son jet d’éponge avait été très mal ressenti dans le « clan des Siciliens d’Oyo ». Willy César avait, pour ce dernier, tout l’air d’un Brutus prêt à poignarder son père adoptif. La famille avait fait bloc face à la « tentation de Venise » d’un de ses maillons forts. Son envie de changer de vie, de passer à autre chose, alors qu’il était repu d’une bonne vingtaine d’années de prédation, ne pouvait en aucun cas être acceptée par l’ensemble d’un gang familial encore affamé.

« Si tu avances on te suit, si tu t’arrêtes on te pointe et si tu recules on t’abat ». Ce vieux serment révolutionnaire marxiste est toujours d’actualité dans les réunions et conseils familiaux. Willy en était maintenant devenu la cible, la bête noire. Restait à savoir qui appuierait sur la gâchette… ! Il est des pactes que l’on ne peut rompre : les liens criminels et mafieux unissent leurs membres à jamais. Contraint et forcé, le nouveau Pasteur et toujours patron de la Socotram, à plus de 50 millions de FCFA de salaire net mensuel, fit machine arrière toute pour se remettre dans le rang serré des Nguesso en faveur d’une modification de la Constitution. C’était à l’occasion d’un Congrès extraordinaire du Club 2002 qui s’est tenu en sa présence, le 16 mai 2014, à Pointe Noire.

En réalité, Willy NGuesso n’avait plus beaucoup de choix. Comme bon nombre des membres de cette famille de boukouteurs de notre richesse nationale, il est cerné par les enquêtes de polices internationales, de services de douanes et des Cours de Justice de plusieurs pays. Tous ces derniers sont bien décidés à « se payer » une arrogante famille d’un dictateur africain et aucun cadeau ne sera fait, le moment venu, à aucun d’entre eux… ! Et Willy César Brutus ne sera pas le dernier à tomber dans leurs filets !

Pour preuve, « Paperjam.Lu », un organe de presse luxembourgeois, a consacré un article intitulé « La traque des biens mal acquis », incroyablement bien documenté sur des enquêtes en cours relatives aux malversations de la première famille congolaise.( http://www.paperjam.lu/article/fr/la-traque-des-biens-mal-acquis?fb_action_ids=10203247341564864&fb_action_types=og.likes)

Les faits se déroulent dans le Grand Duché du Luxembourg, un paradis fiscal que tous croyaient très fermé aux investigations fiscales et policières, mais qui n’a pas résisté aux demandes des magistrats parisiens. Maintenant, les enquêtes s’internationalisent et les Etats européens, américains ou canadiens coopèrent dans les échanges d’informations et font tout pour qu’elles aboutissent.

Willy Nguesso est au cœur de ces enquêtes ainsi que les structures qu’il a utilisées (comme nous l’avions écrit http://congo-liberty.com/?p=8304) pour faire disparaître les fruits de ses larcins du Liechtenstein au Canada via le Luxembourg. Il a été le grand initiateur de ces montages sophistiqués dans des paradis fiscaux. Les intermédiaires et avocats les plus retors ont été recrutés comme une ultime assurance de ne jamais être rattrapé … ! Par exemple l’Avocat canadien Stéphane Saintonge condamné par la justice de son pays, cité par Véronique Poujol dans PaperJam.Lu. Elle nous éclaire également sur les véritables propriétaires (au moins jusqu’à 2012) de la Congolaise de Banque qui se dissimulent derrière une cascade de sociétés luxembourgeoises.

On y retrouve des porteurs de parts « à titre fiduciaire » bien connus comme le très voyant Hubert Pendino, patron de la Socofran ou plus discret comme Bernard Beltrando (fournisseur attitré de bijoux de très grande valeur de Madame Antoinette Sassou NGuesso) ou plus discret encore Raymond Ibata, ancien patron de l’ARC et grand maitre franc-maçon.

Porteur de part à titre fiduciaire est un euphémisme juridique pour « homme de paille ». Au-delà des interrogations sur les bénéficiaires économiques de ces montages, il apparait clairement que Monsieur et Madame Sassou Nguesso en sont les deux principaux bénéficiaires.

Le pétrole, les banques (La Congolaise de Banque + la BGFI), les compagnies aériennes (ECAIR + les compagnies de location de jets privés de Cendrine Sassou NGuesso-Ottonelo), la sous-traitance pétrolière, les hôtels etc., etc.. La liste des intérêts du clan des Siciliens d’Oyo est très longue à recenser mais rien ne saurait échapper à la vigilance des enquêteurs tant au Congo qu’à l’étranger.

Willy Nguesso Pasteur et Président d’honneur du Club 2002 rattrapé, au sein de sa propre famille, par les tenants d’une politique dure de conservation du pouvoir sera-t-il, peut-être prochainement, obligé de revêtir en plus sa vieille tenue de combattant Cobra (bottes et chapeau de cow-boy) qu’il arborait encore en 1998-99 ?

Ce clan qui est arrivé au pouvoir en nous chantant « Tout pour le Peuple, rien que pour le Peuple ! » n’est pas à une contradiction près. Est-il seulement conscient que, cette fois, le chaos vers lequel il nous dirige ne manquera pas de tous les emporter ? La volte-face du Pasteur-PDG-Chef-Cobra Willy Nguesso n’augure rien de bon… !

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Rigombert Ossebi - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT