Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 18:31
Congo-Brazzaville : Despotisme et chantage : Denis Sassou Nguesso plus « couillon » que ses cons ?

L’obsession du dictateur congolais Denis Sassou Nguesso de modifier la constitution du 20 janvier 2002, le conduit depuis plusieurs mois à faire du chantage à ses valets qui, pour être chacun rassuré d’un poste ou des miettes de mie de pain qu’il leur distribue après avoir donné le gros lot à ceux de son clan, devraient se mettre au galop de spectacles du con le plus idiot et le plus comique.

Dans ce spectacle des « cons » de Denis Sassou Nguesso dont la longue liste ne nous permet pas d’énumérer toutes les actions déjà réalisées sur le terrain, nous pouvons citer :

1- La demande il y a quelques mois du président de son parlement godillot, Justin Koumba qui, dans un discours au nom des sages du Niari suppliait son chef de modifier la constitution.

2- L’organisation d’un meeting par un de ses ministres que certaines indiscrétions soupçonnent être un de ses multiples plaisirs masculins, Pierre Mabiala qui, au nom de chef de miliciens cocoyes, priait son chef et partenaire de modifier la constitution

3- La rédaction le 05 mai dernier à Sibiti d’un discours par un de ses ministres que certaines sources disent bénéficier de la confiance du dictateur par le simple fait d’une imagination de vertus fétichistes que procureraient des albinos. Ce discours lu par un certain chef des notables de la Lékoumou, était écrit sur du papier portant clairement des logos et initiales du ministère des télécommunications à la charge de Thierry Moungala.

Dans ce jeu compétitif des cons pour le plus idiot et comique que les autres, le dictateur Denis Sassou Nguesso finit par être le plus « couillon » que ses cons couillonnent avec plaisir.

Entre la demande d’un président de parlement au chef de l’exécutif qu’il est censé contrôler de modifier la constitution, la demande d’un ministre de gouvernement à son chef, au nom d’une milice armée de modifier la constitution, et la demande par un imaginaire chef notable de modification de la constitution à travers un discours écrit sur du papier portant des initiales d’un ministère, l’on se pose vraiment la question de savoir si l’obsession du dictateur Denis Sassou Nguesso de mourir au pouvoir, ne met pas de plus en plus en évidence, des soupçons pour soucis de manque de réflexes intellectuels ou d’analyses dans ses pensées.

A qui le général d’armées Denis Sassou Nguesso pourrait-il faire comprendre que le Congo est un pays démocratique et en paix ?

Est-il vraiment conscient d’être couillonné par ses valets dont il croit faire usage comme de petits « cons » ?

De vieux observateurs et connaisseurs de la vie politique congolaise et du parcours politique du dictateur despote se rappelleront certainement que ce n’est pas pour la première que le général d’armées faussement reconverti en homme politique, fait l’objet d’abus de la part de ses valets.

Lors de la campagne présidentielle de 1992, qui avait démocratiquement porté le professeur Pascal Lissouba au pouvoir, monsieur Kissoussou Mboumba, un des valets du candidat du PCT, n’hésitait pas en pleins meetings de demander aux spectateurs de voter pour le PCT, alors qu’il leur présentait ses trois doigts symbolisant les trois palmiers, logo du parti adverse.

Les mêmes spectacles se produisant 22 années après pour un même réalisateur avec des acteurs différents et plus jeunes, pourrait-on considérer que des valets que Denis Sassou Nguesso utilise comme des cons, le considèrent en retour comme un vrai « couillon » qu’ils peuvent couillonner à volonté ?

De toute évidence, le seul acte par lequel Denis Sassou Nguesso montrerait sa grandeur et son intelligence, est le départ sans condition du pouvoir, comme le vaillant peuple congolais le lui conseille gratuitement.

Tant pis pour lui, s’il préfère se rapetisser et faire le choix suicidaire d’affronter la colère de notre peuple meurtri. Il le regretterait tout le reste de ses jours sur cette terre et laisserait son clan dans une situation plus que chaotique.

http://mccdcongo.com/despotisme-et-chantage-denis-sassou-nguesso-plus-couillon-que-ses-cons

MCCD : La Voix du Peuple Libre

www.mccdcongo.com

Partager cet article

Economie

Catégories