Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 17:40
(Congo-Brazzaville) Denis Sassou Nguesso méprise Nos Morts

Par RIGOBERT OSSEBI -

SASSOU À KIGALI POUR COMMÉMORER LE GÉNOCIDE RWANDAIS

Le 7 avril dernier, il y a un mois, se déroulaient à Kigali les cérémonies du souvenir du génocide rwandais, 20ème anniversaire. Denis Sassou NGuesso, accompagné par son épouse Antoinette, figuraient parmi les invités d’honneur. Ils étaient au côté de l’homologue du Rwanda, Paul Kagamé, et de sa femme pour le dépôt de gerbe. Des personnalités étaient venues du monde entier pour participer à une cérémonie simple et émouvante d’un Rwanda qui s’affiche maintenant ouvertement dans la modernité.

Huit cents mille à un million de morts…. Tous les disparus, Tutsis, Hutus ont été célébrés sans distinction aucune.

Une photo quasi officielle de l’évènement nous est parvenue. Son atmosphère nous glace le sang et chaque lecteur devrait s’y attarder avant d’aller plus loin. Chaque lecteur pourrait s’y recueillir aussi. Le devoir de mémoire est un acte important qu’il convient de respecter pour toutes les guerres passées et pour tous les génocides. ; en connaître toutes les horreurs nous préviendra du danger de les voir se répéter.

Derrière le couple congolais s’affiche, partiellement caché par un officier de sa suite, le mot « remember » !. (« Souviens-toi » !) En contre jour, masqué par ses lunettes noires, le dictateur congolais ne laisse rien transparaître de son émotion, si jamais il peut en avoir pour des morts autres que ceux de sa propre famille. A son côté, un rayon de soleil vient éclairer le visage d’Antoinette Sassou NGuesso ; ses sourcils froncés, la moue boudeuse, ses mains jointes devant elle et un pouce presque interrogateur : « Pourquoi ? » semble penser la conjointe du dictateur comme écrasée par la solennité et la gravité de la circonstance .

« Pourquoi aller à des milliers de kilomètres de chez nous pour honorer des morts, alors que nous ignorons les Nôtres ? » pourrait-elle aussi se demander….

Pourquoi n’avons-nous pas, au Congo, une cérémonie qui nous oblige, tous, à ce devoir de mémoire ?

Certes, l’autocrate de l’Alima s’est accaparé la Toussaint, fête catholique, pour honorer ses morts ; rien que les siens ! Le carré familial au cimetière de Kona-Kona est érigé en lieu le plus saint de la République du Congo, auprès duquel il convient de venir se recueillir en signe d’allégeance suprême. Nombreux sont les Congolais et les hôtes étrangers qui s’y soumettent.

Pour lui, les autres morts, tous les autres morts n’ont pas d’importance ! Ils ne comptent pas !

En n’instaurant pas ce devoir de mémoire, le dictateur sanguinaire s’autorise aussi à ne pas clore la déjà trop longue liste de nos morts et d’en ajouter encore ! Ces morts de son passé, qui lui avaient permis d’accéder au pouvoir et d’y être encore aujourd’hui. Les prochains seront ceux qui lui permettront de s’y maintenir jusqu’à la fin de ses jours. Peut-être croit-il qu’il sera alors honoré comme l’a été Mandela ? Il peut toujours rêver… !

Le 15 octobre 1997, certains parmi les vainqueurs de la guerre civile qui venait de se terminer, avaient dit avoir juré « Plus jamais ça ! ». D’autres morts sont venus depuis s’ajouter à cette liste. Les derniers en date, les hommes du Colonel Marcel Ntsourou ont rejoint tous nos autres morts dans l’oubli et l’indifférence que veut nous imposer notre dictateur mal-aimé.

Aux noms de tous les Nôtres, sauvagement, lâchement assassinés il faut imposer un devoir de mémoire, comme au Rwanda, afin de mieux respecter les vivants et les enfants des prochaines générations.

Aux noms de tous les Nôtres de Marien NGouabi, du Cardinal Emile Biayenda, Alphonse Massamba-Debat précédés par Ange Diawara.

Aux noms de tous les Nôtres, passagers du DC-10 d’UTA, Congolais ou pas,

Aux noms de tous les Nôtres, victimes de toutes les guerres intérieures que notre général-instituteur a menées contre ses propres populations,

Aux noms de tous les Nôtres, victimes des explosions du 4 mars 2012,

Aux noms de tous les Nôtres, les hommes du Colonel Ntsourou, victimes de son despotisme le 16 décembre 2013

Aux noms de tous les Nôtres, frères et sœurs de la RDC, victimes de la barbarie ambiante,

Aux noms de tous les Nôtres nous devons veiller à ce qu’ils soient les derniers sur cette trop longue liste des victimes d’un pouvoir despotique qui dure depuis plus de trente ans. Depuis bien trop longtemps.

Rigobert OSSEBI

(Extrait de congo-liberty)

Partager cet article

Rigobert Ossebi - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso PCT

Economie

Catégories