Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 17:12
[Congo-Brazzaville] SASSOU CONDAMNE : 30 ans de Travaux Forcés pour Modeste Boukadia, président du CDRC

#Congo #Brazzaville 30 ANS de TRAVAUX FORCES pour Modeste BOUKADIA, le président du C.D.R.C.

13 avril 2014

“C’est le parti, c’est le C.D.R.C. qui a été jugé par la Cour criminelle de Pointe-Noire pour le décapiter !” dixit un magistrat qui a requis l’anonymat

Rapport du Département de communication du C.D.R.C.Verdict du 9 Avril 2014 du Jugement rendu par la Cour criminelle de Pointe-Noire à l’issue du procès du 7 Avril 2014Les membres du C.D.R.C. ont été assistés par un certain nombre d’avocats et autres organismes de défense des droits de l’Homme pour la tenue d’un procès libre et équitable selon la loi. Rappelons que les membres du C.D.R.C. incarcérés de manière arbitraire et embastillés n’ont jamais été jugés dans aucune première instance appelé 1er degré. Ils ont été directement envoyés devant la cour criminelle.

D’emblée, le Procureur de la République de Pointe-Noire, qui n’est que le frère du Ministre Pierre OBA, a tenu à signifier :

on ne juge pas ici le parti, on ne juge pas le C.D.R.C. mais on juge les hommes”.

Pourquoi une telle précision avant les auditions ? Pour éviter un soulèvement du Peuple du Congo.

Au cours de l’audience qui a débuté le 07 Avril 2014 à 10:00 (heure de Pointe-Noire, Congo) et qui s’est terminée vers 23:00, les membres du parti ont défendu avec courage le Projet de société du C.D.R.C. en démontrant sa nécessité pour que le pays ait de l’électricité, de l’eau et de l’emploi pour les jeunes. Tous les membres du parti ont tenu à souligné que le C.D.R.C. est un parti des démocrates et des républicains qui n’a jamais appelé à aucun coup d’Etat ni à “l’atteinte à la sûreté de l’Etat”. Ils ont critiqué ouvertement à la barre l’action néfaste du gouvernement.

Un des avocats de la défense a demandé à la cour de convoquer à la barre le Préfet de Pointe-Noire pour apporter les preuves de “l’atteinte à la sûreté de l’Etat”. La séance a été suspendue sans qu’à la reprise le Préfet ne vienne à la barre.

De même lorsque les Accords du 20 Octobre 1997 ont été évoqués par un des avocats appelant le Président Sassou à la barre en rappelant que “le Président Modeste BOUKADIA l’a souvent dit en public et a précisé que le Président Denis SASSOU NGUESSO l’avait lui-même reconnu publiquement”, la Cour avait suspendu la séance.

En définitive, le procès débuté le 7 Avril 2014 et qui s’est terminé le 9 Avril n’est pas un procès de droit mais un procès politique qui n’a pas dit son nom. Les membres du C.D.R.C. se sont défendus politiquement avec détermination au point que la Cour a eu peur des débordements à la cité. Alors la loi de la dictature a été appliquée pour mettre en garde ceux qui seraient tentés de se soulever d’où le verdict sévère qui finalement prouve est bel et bien que “c’est le parti, c’est le C.D.R.C. qu’on a jugé” par la teneur très controversée des peines prononcées par le président de la Cour à l’égard des dirigeants du C.D.R.C. :

- Monsieur BOUKADIA Modeste, Président du CDRC, est condamné à TRENTE (30) ANS DE TRAVAUX FORCES.

- Messieurs MIAKAMONA NZINGOULA Sylvain, MABIALA MPANDZOU Paul Marie et TSIAKAKA Valentin sont condamnés à SEPT (7) ANS de détention ferme.

- Messieurs MBANZA Judicaël, KIMANGOU Joseph, BIBILA Gilbert, MABOYI Antoine, SILAHO René, MATSIMOUNA MOUYEKET Eloge, KIALOUNGOU Pierre Placide, TANDOU Jean Claude, BANAGOUNA Mesmin sont condamnés à CINQ (5) ANS de détention ferme.

- Messieurs LONDE MOUSSA Landry et NGOMA Sylvain Privat sont condamnés à DEUX (2) ANS de détention ferme.


Département de Communication
Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (C.D.R.C
.)

Pointe-Noire, le 12 Avril 2014

Partager cet article

Modeste Boukadia - dans Congo-Brazzaville