Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 18:33
[Congo-Brazzaville] 4 Mars 2014 : Sassou Nguesso méprise les vivants et les morts congolais

Par RIGOBERT OSSEBI

4 mars 2012 femme seule dans les décombres

Il faut avoir un cœur dur, un cœur de pierre, pour laisser vivre ses congénères dans pareilles conditions et pire encore ses compatriotes et frères. On finit par être lassé d’énumérer et de répéter à longueurs d’articles et de colonnes tous les maux dont nous souffrons du fait de la volonté, de la perversité, de la méchanceté et de la soif de pouvoir d’un seul homme ; du pire personnage que dans son histoire ancienne et récente le Congo n’ait jamais connu…. !

Il suffit de parcourir seulement quelques centaines de mètres au-delà de la nouvelle capitale, Oyo, qu’il s’est construite, pour se rendre compte que les habitants de cette partie de la Cuvette n’ont pas un sort beaucoup plus enviable que celui des Congolais des autres régions. D’ailleurs, depuis longtemps, les paysans du coin se sont partagés les troupeaux de bœufs et de moutons du dictateur. Ils n’attendent que le signal de sa chute pour en prendre possession et pour enfin le goûter en méchoui et en brochettes. C’est dire que ce monsieur, s’il hait tant les Congolais, ces derniers, à de très rares exceptions près, le lui rendent bien. Voilà pour les « vivants » !

Il y a quelques semaines, l’autocrate général-instituteur-éleveur d’ovins et de bovins, dans une mascarade forum-attrape-nigauds-internationaux commandée et chèrement payée au couple Attias, avait fêté un lointain anniversaire que nous ignorions pour la plupart d’entre-nous. Une 25ème commémoration sortie de nulle part à la vérité historique plus que douteuse. Pour ce faire, le tyran de l’Alima bénéficie d’une mémoire complaisante qui se plait à créer des évènements fictifs à sa gloire. En contrepartie, il compose avec une amnésie sélective qui gomme méticuleusement toutes ses mésaventures, imbibées du sang de ses innombrables victimes, qui lui vaudraient d’aller s’asseoir à côté de son ami Jean-Pierre Bemba devant le TPI avant d’aller rôtir en enfer, en brochettes comme ses moutons.

Dans cette rubrique du souvenir et du culte, la très catholique fête de la Toussaint s’est hissée grâce à lui au rang de Fête Nationale qui dépasse, par l’importance qu’il lui accorde, le respect que tout à chacun doit accorder à la célébration du 15 août. Certes, ne sont honorés que ses « chers disparus ». Piteusement toute sa Cour, et tous ceux qui pensent jouer un rôle politique, se rendent auprès de lui et de ses morts au cimetière familial d’Edou dans un recueillement hypocrite. Seuls ses trépassés comptent ! Ce-jour là, tous les nôtres, selon lui, ne valent pas le respect de notre présence, où qu’ils reposent! Ces Congolais qui se prêtent à cette cérémonie sont descendus bien bas, plus bas que la terre qui les recouvrira un jour !

Alors, il ne faut pas s’étonner que le 4 mars 2013 aucune cérémonie ne se soit déroulée dans le champ de ruines et de désolation des explosions de l’année précédente à Talangaï et à Mplia. L’infatigable démolisseur de la nation congolaise, des quartiers nord de Brazzaville et de Bacongo n’a pas daigné offrir la moindre couronne de fleurs pour honorer la mémoire des milliers de disparus de cette date tragique et de toutes les autres.

Les Congolais, principalement à cause du génie maléfique d’un seul homme, souffrent et meurent par milliers, par dizaines de milliers. Mais le tyran craint par-dessus tout qu’à force de réveiller les mauvais souvenirs cela attise encore davantage la haine des Congolais à son égard. Ce en quoi il n’a pas totalement tort !

Ceux du 4 Mars 2012 sont morts du fait de son inconscience et de son irresponsabilité. Dans tout autre pays, il aurait été immédiatement démis. De ne pas l’avoir été n’a fait qu’augmenter le mépris qu’il éprouve pour ses concitoyens. Innocentant d’office ses neveux Bouya et Okemba, il s’est empressé de jeter en prison des « désignés coupables », dont une gamine de moins de quinze ans avec son Oncle le Colonel Marcel Ntsourou. Dans cette logique, bien d’autres ont suivi et suivront pareillement.

Le cruel tyran de l’Alima, plutôt que de s’approcher des familles qu’il a jetées dans le deuil et la désolation, préférera une fois encore s’échapper à ce devoir le plus élémentaire de compassion et de soutien. Un autre forum, celui du Forum International sur les peuples autochtones d’Afrique Centrale (FIPAC) le retiendra à Impfondo du 4 au 7 mars. Encore une fois, les victimes du 4 mars ne seront pas honorées en 2014, comme toutes celles du 5 juin 1997 seront passées dans les oubliettes de l’histoire concoctée par Denis Sassou NGuesso et par ses propagandistes. Elles n’ont pas de place dans son inconscience ni dans celles de ses complices. Cependant, il faut croire et espérer que les esprits de ces morts inspireront leurs descendants vivants. Ce pouvoir assassin méritera sa fin ! Voilà pour les « morts » !

Rigobert OSSEBI

(congo-liberty)

Partager cet article

Rigobert Ossebi - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso

Economie

Catégories