Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 19:45
(Congo-Brazzaville/Sassou Nguesso) Est-ce l'énergie et la stratégie du désespoir ?

ALERTE ! BRAZZAVILLE ATTIRE NOTRE ATTENTION : EST-CE L’ENERGIE ET LA STRATEGIE DU DESESPOIR ?

Dans le Préambule de la Constitution du 20 janvier 2002, il est écrit :

« (…) Condamnons le coup d’Etat, l’exercice tyrannique du pouvoir et l’usage de la violence politique sous toutes ses formes, comme moyens d’accession au pouvoir ou de sa conservation… » A chacun des Congolais d’y réfléchir.

L’article 1 de la Constitution, alinéa 1, dispose : « La République du Congo est un Etat souverain, indivisible, laïc, social et démocratique. (…) ».

Les articles 38 et 39 traitent et condamnent tout ce qui relève de la corruption et proclament la haute trahison. La corruption est quotidienne et elle est devenue un sport national, tandis que l’impunité y règne en maître…

L’article 57 limite les mandats du Président de la République qui n’est rééligible qu’une seule fois.

L’article 58 dispose, entre autres, que le Président de la République doit être de bonne moralité.

L’article 185, alinéa 3, dispose : « (…) Le nombre de mandats du Président de la République ainsi que les droits énoncés aux titres I et II ne peuvent faire l’objet de révision ».

Au regard de ces quelques articles contenus dans la Constitution du 20 janvier 2002, élaborée par M. Sassou Nguesso lui-même, il est très regrettable de constater que cette Constitution est violée de A à Z et de fond en comble par son géniteur.

Pour mémoire, le motif officiel évoqué au président Jacques Chirac pour soutenir le coup d’Etat du 5 juin 1997 fut la violation flagrante et répétée de la Constitution du 15 mars 1992 par le président Pascal Lissouba.

A cet effet, ce qui nous interpelle donc ici, ce sont surtout les articles 57, 58 et 185 que le Clan de Mpila-Oyo veut violer par tous les moyens.

En effet, depuis un certain temps, comme s’il s’agissait de l’énergie et de la stratégie du désespoir, le pouvoir clanique de Mpila-Oyo multiplie les initiatives pour contourner lesdits articles ci-dessus mentionnés.

Que se passe-t-il ?

Au départ, il y a eu des rencontres dites « Concertation », notamment celles de Ewo, Dolisie, etc. Ces rencontres dénoncées par l’opposition dite « radicale » et auxquelles avaient pris part d’autres partis et mouvements politiques dits « modérés » n’ont pas produit les résultats escomptés.

Ensuite, les services claniques de Mpila-Oyo, spécialisés dans la manipulation et la diversion ou les lavages de cerveaux, ont lancé l’idée des « Etats généraux ». Certains, qui ne voient pas plus loin que leur nez, ont vite sauté sur l’appât lancé par Mpila à destination des « poissons » qui y ont mordu mordicus, sans même se poser la question de savoir d’où était venue l’idée. Des âmes clairvoyantes ont attiré l’attention de ceux qui y trouvaient déjà une porte de sortie du drame national, alors que ce n’était ni plus ni moins qu’un piège, un leurre. Un de plus.

Aujourd’hui, l’idée a pris de l’eau, elle s’est essoufflée. On n’en parle plus.

Pendant que la galerie s’amusait avec cette idée de la tenue des « Etats généraux », le laboratoire de Mpila réfléchissait et montait une autre stratégie. Celle-ci est, depuis, mise en route sans que, sans doute, personne ne s’en rende compte.

Voici comment ça se passe.

En ce moment précis où tout le monde a les yeux et les oreilles focalisés et dressés sur « l’affaire Ntsourou » et « l’arrestation des officiers et cadres civils Tékés », entre autres, le pouvoir clanique de Mpila-Oyo a mis en route l’organisation des Rencontres avec les « Sages » départementaux (régions) dans tout le pays. Ces rencontres se déroulent sous les yeux des opposants prétendus sans que personne ne lève son petit doigt.

Ceci dit, y a-t-il quelqu’un, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, qui voit ou pense à ce qui se passe et que les prédateurs du Congo manigancent ?

Une simple question : A quoi vont servir et/ou vont aboutir ces réunions dites « Rencontres avec les Sages » des Départements (régions) ?

Selon ce qui filtre du milieu des prédateurs du PCT (Pacte Clanique des Truands et/ou Peloton Clanique des Tueurs) – appelez-le comme vous voulez -, ces rencontres régionales devront aboutir à l’organisation d’une Conférence Nationale, non souveraine, du type de celle de 1972 sous l’égide de feu président Marien Ngouabi. C’est au cours de cette « Conférence nationale » à la sauce Sassou, qui réunira des délégations régionales des « Sages » du Congo et quelques membres dits de la société civile triés sur le volet et acquis à la grande prédation clanique, que sera révisée la Constitution de 2002, ou bien sera purement et simplement adoptée une autre Constitution, hors référendum, pour contourner les articles 57 et 185 de la Constitution actuelle, pourtant taillée sur mesure.

Il est donc fait appel, ici, à tous citoyens Congolais d’ouvrir les yeux, de prêter les oreilles pour suivre la stratégie mise en place par les prédateurs catapultés dans notre pays, en 1997, dans les conditions qui ne sont plus à rappeler, par la Droite Républicaine de la France, avec l’aide logistique de la Société ELF et autres lobbies politico-militaro-industriels mafieux français désignés sous le vocable de FRANÇAFRIQUE.

A. Kéla Ndenzi

Partager cet article

A. Kela Ndenzi - dans Congo-Brazzaville

Economie

Catégories