Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 19:31

Afrique/Congo-Brazzaville/Centrafrique : Quel gâchis... pour la RCA

Quel gâchis… pour la RCA !

Nous l’avons prévu et avons espéré que Mama Catherine SAMBA PANZA, la présidente élue par le Parlement de transition de RCA ne franchirait pas le pas. Hélas, il semble que son premier voyage officiel de Présidente de la Républicaine Centrafricaine sera pour Sassou Nguesso. Pour aller recevoir le chèque de contribution de 50 millions d’euros offert par Sassou Nguesso et non par le Congo puisque cette contribution n’a pas été votée par l’Assemblée Nationale qui d’ailleurs a été nommée par lui.

Dommage que Mama Catherine SAMBA PANZA n’a pas compris le jeu de Monsieur Sassou Nguesso pour son pays.

- Premier voyage de BOZIZE après la prise de pouvoir : chez Sassou Nguesso.
Le président BOZIZE avait été mis en place par Sassou Nguesso et Omar Bongo. Le premier voyage de Bozizé fut d’ailleurs d’aller voir son frère Sassou Nguesso. Après lui avoir donné des sous, beaucoup de sous, et voyant que Bozizé devenait un peu trop indépendant, il y a eu la création de la SELEKA pour lui faire comprendre qu’il était sur un siège éjectable.

- Premier voyage après la prise de pouvoir de DJOTODIA : chez Sassou Nguesso.
Puis vint DJOTODIA après la victoire de la SELEKA dont le débarquement de BOZIZE fut scellé à Libreville. Le premier voyage de DJOTODIA fut d’aller remercier Sassou Nguesso à Oyo.

- Premier voyage de Catherine SAMBA PANZA : chez Sassou Nguesso.
Voyant aussi qu’il ne faisait pas trop le jeu de Sassou, la SELEKA a été infiltrée. La suite est connue. DJOTODIA a été débarqué après la convocation du Parlement de transition de RCA au Tchad où il a été sommé de constater la démission de DJOTODIA et d’élire Mama Catherine SAMBA PANZA à la tête de l’Etat de RCA.

Pour son premier voyage, Mama Catherine SAMBA PANZA se rend chez… Sassou Nguesso. Depuis, les violences ont redoublé à Bangui… en s’excusant :

"C’est un Séléka", "il est infiltré !",

exactement ce que disaient les Cobras de Sassou Nguesso dans sa guerre contre les civils du Sud Congo. Les mêmes méthodes, les mêmes slogans et les mêmes excuses.

Avons-nous cru trop rapidement que Mama Catherine SAMBA PANZA pouvait aider la RCA à s’en sortir en lui faisant des éloges…? Parce qu’à chaque fois qu’un Président de la RCA se déplace chez Sassou Nguesso, il se repart avec beaucoup de millions d’euros dans les malettes. Et à chaque fois, les tensions se ravivent de plus belle à Bangui. Aujourd’hui, une partie de la SELEKA se campe au nord du Congo. Pour quelle raison et sur ordre de qui ?

Si on s’en tient à l’adage “jamais deux sans trois”, alors, là c’est un vrai gâchis… Mais une maman a beaucoup de ressources… Aussi, nous continuons d’espérer pour le Peuple de RCA qu’il retrouve la paix, l’unité et surtout la sécurité.

La France hausse le ton

La crise de RCA se radicalise puisque les deux communautés (Chrétiens au Sud et Musulmans au Nord) revendiquent la partition du pays. Il semble que la Seleka dite "originelle" est mise hors de cause sur les violences atroces. C’est la raison pour laquelle la communauté internationale par le biais de l’armée française met pression sur les anti-balaka. Par-là, il faut entendre les hommes de l’ancien président Bozizé qui prennent refuge après leur forfait dans le nord du Congo contrôlé par les miliciens Cobras. D’où la déclaration du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian à Brazzaville sans grande précaution diplomatique : « La ligne de la France en Centrafrique est claire. Sa mission est de faire que la sécurité revienne, que le désarmement (des milices) ait lieu et se fasse de façon impartiale, et que la transition politique puisse se mettre en œuvre pour que ce pays retrouve enfin un minimum de sécurité et des conditions humanitaires acceptables. »

Si la France ne prend pas l’ampleur de cette crise, il y a le risque majeur de l’enlisement… Mais Paris peut-il se le permettre ?

PM LEHO-OUAMBA, Femme, Amie et Maman (FAM).
Moungali à Brazzaville, le 09/02/2014.

Contact :
Twitter : @PMLeho
Facebook : http://www.facebook.com/pauline.leho

Partager cet article

Paulibe Leho-Ouamba - dans Congo-Brazzaville Centrafrique

Economie

Catégories