Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 11:31
(Congo-Brazzaville] Les raisons de la modification de la Constitution du 20 janvier 2002

Les raisons de la modifications de la Constitution du 20 Janvier 2002

Le clan et la famille Sassou Nguesso semblent prendre pour les Congolaises et les Congolais pour des demeurés. Est-il vrai que nous avons la mémoire courte ? Est-il vraisemblable que sommes formatés pour vite oublier et passer à autre chose ? C’est ce qui pourrait expliquer la répétition des mêmes erreurs. Sans jamais tirer les leçons du passé. Les leçons de l’histoire. Même très récente. En ma qualité de Femme, de Maman, j’ai l’impression que Nous, Congolaises, que Nous, Congolais, nous nous comportons comme des personnes sans repère. C’est ce que je remarque concernant certains de nos hommes politiques qui n’arrivent pas à se dépasser pour constater que le monde change, que le monde bouge. Ils continuent de gesticuler autour de Sassou Nguesso comme si le Congo ne pouvait pas être présider par quelqu’un d’autre que lui, parce quelqu’un qu’autre qu’un membre de son clan ou de sa famille. Pourquoi ne tirons-nous pas les leçon ?

J’ai cru lire sous la plume de François Soudan, que Christel Sassou Nguesso, le fils de Sassou Nguesso ,s’extasie devant l’œuvre de son père :

« Quand j’observe le parcours de mon père, je ne peux être que très admiratif, répond Denis Christel, alors ce manteau, comme vous dites, j’en suis fier et je m’en accommode parfaitement. » et d’ajouter « Avant d’être le fils du président Sassou Nguesso, je suis un citoyen congolais, avec les mêmes devoirs mais aussi les mêmes droits que mes compatriotes. À ce titre, et si un jour je décide de le devenir [chef de l'État, NDLR], ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, je le ferai savoir clairement et publiquement. À ce moment-là, les Congolais qui auront à se prononcer devront comprendre que cette ambition est aussi noble et légitime que celle de tout autre compatriote. Ils ne devront pas la percevoir comme illégitime a priori parce que je m’appelle Sassou Nguesso. » (Jeune Afrique, 08/01/2014 à 19:37 Par François Soudan).

Cette déclaration révèle le fond de l’affaire “Modification de la Constitution”. C’est ce qu’il fallait dire dès le début que les vraies modifications de la Constitution du 20 Janvier 2002 est de permettre à Christel Sassou Nguesso d’être le successeur de son père au détriment de toute Congolaise ou tout Congolais autre qu’un membre du clan ou de la famille en accointance avec le PCT. Donc, contrairement à ce qu’énonce la Constitution du 20 Janvier 2002 que “Le Congo est une République Une et Indivisible” est faux mais plutôt une vraie monarchie dont le pouvoir passe du père au fils fut-il né d’une mère non congolaise.

C’est là que l’on voit que ces hommes-là nous prennent pour leurs esclaves sur qui ils ont droit de vie, de mort, d’humiliation. Et, j’en passe.

A Christel Sassou Nguesso, d’abord, de votre père dont vous êtes “si fier”, sachez qu’il fait l’objet de pas moins de trois plaintes recevables pour crimes de guerres, crime contre l’humanité auprès du TGI de Paris et auprès de la Cour Pénale Internationale (CPI) depuis le 18 décembre 2013.

En ma qualité de Maman, je vous reconnais votre droit d’être “si fier” de votre Papa. Mais à quelle limite doit-on être “si fier” d’un père avec tous ses crimes commis ? Cette “fierté” est-elle une conséquence à la promesse de succéder à votre père qui a pris notre Avenir en otage ? Oui, cela est possible et c’est aussi de votre droit de prétendre “être président du Congo” parce que vous étiez clerc de Notaire et avez tissé des relations en France et dans le monde pétrolier et dans la finance. Cela est-il suffisant alors que le pétrole exploité actuellement se trouve dans le sud du Congo ?

Non, Monsieur Christel Sassou Nguesso, vous pouvez être “si fier” de votre père mais la Constitution du 20 Janvier 2002 vous interdit d’être Président de la République du Congo. Parce que vous êtes certes né de Sassou Nguesso mais votre maman est de l’autre côté du fleuve Congo. A moins que d’ici-là, les deux Congos n’en fassent plus qu’un seul… Nous comprenons maintenant les tenants et les aboutissants de la volonté de vouloir modifier cette Constitution.

Enfin, au cas où il pense que les Congolaises et les Congolais mais surtout les femmes et les mamans du Congo Brazzaville qui n’ont pas de quoi élever dignement leurs enfants alors que Christel Sassou Nguesso met à l’abri les petits-enfants de Sassou Nguesso âgés 9, 7 et 5 ans à l’abri avec des assurances-vies avec les barils de pétrole congolais alors que les propriétaires terriens dont on tire le pétrole n’ont jamais eu de contreparties, ou n’ont jamais eu de rente – je rappelle que Pointe-Noire d’où l’on tire le pétrole est une ville sale démunie de toutes les structures alors qu’elle produit toute la richesse du Congo –, voici ce que j’écrivais le 4 janvier 2013 qui est et qui reste d’actualité : Si les ressources m’étaient comptées…

M. le ministre d’État, en votre qualité de Directeur de cabinet de Mr Sassou Nguesso, le CDRC tient à vous assurer que, Nous, le peuple Congolais, sommes toujours généreux tant en idées qu’en patrimoine et ressources – contrairement à votre clan – !

Aussi il nous est gré en ce début d’année, de vous apporter tout conseil et solutions en retour de ceux que vous nous avez si longuement prodigués et appliqués. Comme vous, nous souhaitons le meilleur pour notre Pays, le Congo.

En réponse à votre appel à la générosité, pour la campagne de mobilisation de fonds en faveur des enfants atteints de malformations – dont si je ne m’abuse les besoins s’élèvent à 75 millions FCFA – je ne saurais que trop vous encourager à faire l’aumône auprès de Mr Denis Christel Sassou Nguesso. Si tel que l’affirme l’enquête parue dans Charlie Hebdo n° 1071 (du 26 décembre 2012), ce dernier a bien contracté 3 contrats d’assurance-vie pour ses 3 enfants respectivement âgés de 8, 6 et 4 ans, dont le montant total s’élève à 695 millions FCFA, il est fort à parier que les malheureux 11% de cette somme destinée à soigner 50 enfants atteints de malformation n’amputeraient pas dangereusement le capital de ces 3 magnifiques enfants destinés à un bel et grand avenir.

Mais notre contribution à votre lourde tâche, ne s’arrête pas là. Nous nous sommes réjouis d’apprendre en cette fin d’année la revalorisation salariale de notre corps de fonctionnaires. Je ne saurais que vous suggérer de faire le petit exercice suivant :

Julienne et son mari Johnson, ont acheté un hôtel particulier de Neuilly d’une valeur de 5,57 milliards FCFA – toujours d’après le même article. Un fonctionnaire Congolais touchera au minimum 90 000 FCFA/mois en 2013 grâce aux bontés de Mr Sassou Nguesso. Combien de fonctionnaires pourraient être payés en 1 année si la valeur de cet hôtel particulier avait été plutôt destinée au paiement de leurs émoluments ?

Je le reconnais, l’exercice donne le vertige. Il représente aujourd’hui 5160 fonctionnaires. Ou si vous préférez, 500 fonctionnaires payés pendant 10 ans.

Est-il bon de rappeler que les sommes des assurances-vie et de l’hôtel particulier à Neuilly proviennent du Trésor Public congolais, quand nous arrivons à peine à honorer les salaires de nos compatriotes ???

Mais heureusement, je ne prends ces cas que pour exemple sans rapporter les valeurs réelles des autres biens du clan tels la société Maritex de Mme Sassou Nguesso aux Seychelles, les 112 comptes de Mr Sassou Nguesso ou ses multiples appartements, villas et hôtels particuliers en France.

Pour reprendre votre citation :

« La solidarité est une des valeurs fondamentales sur laquelle se fonde les relations entre les différentes composantes humaines de notre pays… » et de finir par les mots de Mr Sassou Nguesso en cette fin 2012 :

« Le Gouvernement, je le réaffirme, continuera d’assumer toutes ses responsabilités, d’honorer tous ses engagements et d’assurer tous ses devoirs. La nation devra demeurer solidaire, généreuse et digne d’estime dans toutes les épreuves, comme elle a su l’être tout au long de l’année qui s’achève ce soir ».

Commencez, M. le ministre et nous vous suivrons !

PM Lého-Ouamba, Femme, Amie et Maman (FAM).

Contact :
Twitter : @PMLeho
Facebook : http://www.facebook.com/pauline.leho

Partager cet article

Pauline Leho-Ouamba - dans Congo-Brazzaville

Economie

Catégories