Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 17:10
Congo-Brazzaville : Guerre de tranchée entre Claudia Sassou et Bienvenu Okiemi

S’il y a, en ce début d’année 2014 au Congo-Brazzaville, un département ministériel qui a connu deux cérémonies de présentation des vœux, c’est bien le ministère de la communication. Si Bienvenu Okiémy est le ministre de la communication du « chemin d’avenir », Claudia Sassou est la véritable patronne de la communication du Congo-Brazzaville. Au pays du « chemin d’avenir » donc, comme Janus, l’exécutif de la communication fonctionne avec deux têtes.

L’étoile de Bienvenu Okiémy ne brille plus. Elle a pâli. Présenté naguère comme le « géomètre » de la communication, l’ancien universitaire a multiplié les bourdes. « Si le gouvernement voulait tuer Marcel Ntsourou, il l’aurai fait ». Une vraie gaffe de communication, il « parle trop, il parle mal » : c’est ce que pensent de lui ses adversaires et ses propres amis. Cette dernière boulette aura suffi pour sceller son sort. Ses jours parmi les membres de l’équipe gouvernementale seraient comptés. Bienvenu Okiémy ne trouve plus le bon mot pour soigner la communication de ce pouvoir honni par les populations du Congo-Brazzaville. Tout ce que dit Bienvenu Okiémy se transforme en plomb et plombe davantage le « dictateur vieillissant » selon Olivier Mouébara (Congo-liberty.com, 11 janvier 2014). Claudia Sassou anticipe-t-elle cette sortie du gouvernement pour marcher allègrement sur les plates-bandes de Bienvenu Okiémi ? Le message que ses amis ont adressé à ce perroquet est fort : « Vas voir ailleurs si nous y sommes . » En clair : on ne veut plus te voir. En tout cas ce ne sont pas les Congolais qui vont se lamenter sur ce camouflet.

A l’occasion des cérémonies de présentation des vœux, c’est la fille-chérie, Claudia Sassou, un poids lourd du « Chemin d’avenir » (au propre comme au figuré) qui a volé la vedette au probable ex-ministre Okiémy. En recevant en première instance les professionnels de la communication, Claudia Sassou, la piètre conseillère en communication de Sassou Nguesso, a damé le pion au titulaire du portefeuille ministériel. C’est un coup de l’âne (pour ne pas dire « coup de Jarnac ») que Claudia Sassou a assené au supposé « fort-en-thème » du gouvernement.


La ministre c’est elle, Claudia
C’est naturellement vers Claudia Sassou, qui a l’oreille du chef, que les journalistes du Congo-Brazzaville se sont tourné pour présenter leurs doléances. C’était aussi l’occasion rêvée pour Claudia Sassou de dérouler sa conception de la liberté de la presse et de proférer aux journalistes des menaces à peine voilées sous le prétexte fallacieux de manque de professionnalisme. « Ou vous êtes avec nous, et on vous aide » à l’instar de La Semaine Africaine, des Dépêches de Brazzaville, du Troubadour et du Patriote. « Ou vous n’êtes pas avec nous et vous savez à quoi vous attendre. C’est donnant/donnant ». Philippe Mvouo se chargera d’appliquer la sentence : la censure à l’instar de ce qu’ont subi Thalassa et Le Griot . Sur la communication du « chemin d’avenir », Bienvenu Okiémy et Claudia Sassou se marchent sur les pieds ; se livrant à une guerre de tranchées qui ne dit pas son nom. Les deux têtes de la communication du Congo-Brazzaville n’arrivent pas à accorder leurs violons dans un domaine où la liberté d’expression est synonyme de délit d’opinion et relève du pénal. Il va sans dire que sous Sassou, les journaux d’opposition sont systématiquement suspendus et leurs directeurs de publication emprisonnés.

Africanews ( succursale d’Euronews) a malheureusement succombé aux sirènes de la communication du Congo-Brazzaville, jusqu’au moment où ce média international se rendra compte que la presse y est contrôlée par un vieux tyran mégalomane. Comme chez Molière, ses confrères européens lui diront : « Que diable était-il allé chercher dans cette galère voguant dans les eaux troubles de L’Alima ? »


Benjamin BILOMBOT BITADYS

Partager cet article

Benjamin Bilombot Bitadys - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso

Economie

Catégories