Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 17:31
Congo-Brazzaviille : OKIEMI-ODZOKI : le fiasco de deux communicants en herbe

Par OLIVIER MOUEBARA

Bienvenu Okiemi

Présenté sous peu comme le « géomètre » de la communication, Bienvenu OKIEMI allait manier le verbe comme le grand Ndomba Géomètre jonglait naguère avec le ballon rond.

Peine perdue. L’encadreur des travaux dirigés rémois s’est cassé les dents au grand dam du dictateur Sassou-Nguesso.

Pour contenter son tyran, le porte-parole du gouvernement de fait a récemment fait une sortie de route très remarquée.

Au lendemain de la capture de Marcel NTSOUROU, prisonnier personnel du sanguinaire Sassou-Nguesso, Bienvenu OKIEMI s’est permis de dire sur les antennes de RFI: »Si le gouvernement l’avait voulu, on l’aurait tué ». Lapsus révélateur. Aimant le sang humain, Sassou-Nguesso achèvera Marcel NTSOUROU à petit feu. Une mort lente, méthodique, programmée d’avance.

Signe que l’étoile d’OKIEMI ne brille plus, les congolais l’affublent désormais du sobriquet « s’il en était ainsi… ». Cet imposteur qui a trahi tous ceux qui l’ont introduit à la mangeoire de Mpila est de plus en plus contesté dans le cercle restreint d’Oyo. Cette décadence sonne inéluctablement le glas d’un régime à bout de souffle, et en pleine panique. Serviteur d’une soupe indigeste, OKIEMI ne sait plus quoi inventer pour sauver son maroquin. Ses formules à l’emporte-pièce ne font plus recette. Tout ce qu’il dit se transforme en plomb, et plombe davantage le dictateur vieillissant.

Selon les informations qui bruissent dans le cercle du pouvoir, lors du prochain remaniement gouvernemental, Bienvenu Okiemi sera remplacé à l’information par Mme Arlette Soudan Nonault, l’épouse du Rédacteur en chef du journal Jeune Afrique.

Arlette Nonault , pour ceux qui ne le savent pas, était attachée de presse au cabinet du Président Pascal Lissouba. Elle a travaillé sous la direction de Claudine Munari qui comme tout le monde le sait a rejoint avec armes et bagages la mangeoire ensanglantée de Mpila. Son rôle était alors capital dans le renversement du régime élu de Lissouba. En effet, elle informait Sassou et sa bande de mercenaires de tout ce qui était traité au Cabinet du Président Pascal Lissouba.

Adepte des intrigues et des fiascos, le dictateur Sassou-Nguesso a jugé opportun de nommer Serge Michel ODZOKI au poste de communicant de son parti, le PCT. Piètre journaliste, il a tourné le dos à son métier pour servir le dictateur Sassou-Nguesso. Ephémère et Calamiteux ambassadeur du Congo à Bonn, il n’y a laissé aucun souvenir palpable dans les annales de la diplomatie Outre-Rhin. Pour masquer son fiasco, il a fustigé l’opposition en ces termes le 11 mars dernier :

Pendant que le président de la république s’échine à régler les vrais problèmes des congolais, une opposition irresponsable et non représentative veut distraire les populations en appelant à la tenue des états généraux qui, je vous le rappelle n’auront jamais lieu dans ce pays car le Congo n’est pas un pays en crise, il y a la paix et son peuple est heureux ».

Selon ce perroquet du dictateur Sassou-Nguesso, les congolais vivraient heureux. C’est à la fois un scoop et une injure au peuple qui souffre quotidiennement.

Sassou-Nguesso prend en otage le Congo depuis trente-quatre ans.

Nommé député fantôme d’Ewo, Serge Michel ODZOKI fait de la figuration dans sa circonscription. Incompétent et courtisan, ce nouvel élu à la mangeoire du tyran ne peut mesurer la profondeur de la paupérisation et de la misère du peuple congolais.

A Ewo dont il est censé être député, donc, le représentant et le défenseur des intérêts du peuple, la centrale électrique qui devrait faire la fierté des aborigènes est tombée en panne depuis belle lurette, faute de pièces de rechange. La route Ewo-Boundji qui devrait relier sa région à l’ensemble du territoire national est au stade des discours creux et des promesses non tenues.

Après avoir lamentablement échoué à tous les postes qu’il a occupés, le vouvouzéla du dictateur lui aurait soufflé la fâcheuse idée d’accabler le fils Fabius s’agissant des Biens mal acquis, comme pour absoudre les turpitudes de son thuriféraire.

Voulant se rattraper après cette bourde, Sassou-Nguesso a sollicité en vain un entretien auprès de Fabius père.

Entendre le dictateur vouloir faire la leçon alors que les preuves l’accablent sur le dossier des Biens mal acquis, c’est comme si Bernard Madoof dispensait des cours d’économie.

Serge Michel ODZOKI est le seul à voir le «bonheur» des congolais. Avec de tels pitres, le Congo est loin de sortir de la coupe réglée et des fourches caudines du dictateur Sassou-Nguesso.

A tous les congolais sans exception, «l’important dans la vie ce n’est point le triomphe, mais le combat. L’essentiel n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu».

Olivier Mouebara

(in congo-liberty.com)

Partager cet article

Olivier Mouebara - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso

Economie

Catégories