Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 18:57
(France/Congo-Brazzaville) Sassou à Paris : 22 minutes chrono d'échange à l'Elysée

Auteur: Direct-Paris


Son rêve a toujours été de rencontrer Hollande en tête à tête afin d’aborder les questions de fond concernant son maintien au pouvoir; et une fois de plus, le déplacement dans le froid parisien de notre petit « Mandela National » n’a été qu’un échec; d’où sa colère une fois de retour à l’hôtel BRISTOL.

Denis Sassou Nguesso « le Madiba d’Edou » qui est passé maitre dans l’art de souffler les braises dans le conflit centrafricain en finançant d’un coté les miliciens de la Séléca et de l’autre les anti-balaka, dans le but de créer le chaos (bourbier) et donc de dissuader l’armée française d’intervenir au Congo en cas de modification de la constitution a encore pris une douche froide.

Cela faisait presque pitié de voir notre champion, expert en médiation internationale, répondre dans l’obscurité aux questions de Télé Congo, en présence d’aucun autre organe de presse, sans projecteur, éclairer presque à la lampe torche ou à la bougie.

Oui, on dit souvent que les dictateurs ont la peau dure mais là, le bâtisseur infatigable, en a pris pour son grade avec cette humiliation de plus. Quand on sait que sa fille chérie, Claudia Ikia Sassou Nguesso dit Coco est à Paris depuis plusieurs semaines pour préparer la venue en fanfares de son père, cette humiliation de plus a pris l’allure d’une messe de requiem.

Abaissé, mortifié, vexé, dégradé et très loin de son fan club, le « leader du top ten » s’est rendu compte qu’en occident il y a des choses qui sont « insalamables ».

Le communique laconique publié sur le site de l’Elysée est assez clair à ce sujet : « Le Président de la République s’est entretenu avec Denis SASSOU-NGUESSO, Président de la République du Congo et médiateur de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale pour la crise centrafricaine. Ils ont évoqué la crise en Centrafrique et se sont félicités de l’amélioration progressive de la situation sécuritaire dans ce pays, qui reste toutefois volatile. Le déclenchement de l’opération SANGARIS et le renforcement de la Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique (MISCA, sous commandement de l’Union africaine) ont permis une baisse sensible des violences contre les civils.

Au plan politique, les deux Présidents ont pris acte des démissions de Michel DJOTODIA et Nicolas TIANGAYE et appelé à respecter l’esprit et la lettre des différents accords de transition. Le chef de l’Etat a indiqué que la France faisait confiance aux Centrafricains et aux institutions africaines pour choisir une nouvelle équipe de transition. Il a enfin rappelé le souhait de la communauté internationale que cette nouvelle équipe puisse œuvrer au rassemblement des Centrafricains, à l’amélioration de la situation humanitaire et au rétablissement du fonctionnement de
l’Etat. »

Denis Sassou Nguesso qui effectuera mardi un voyage vers la Chine, accompagné de tous ses enfants et de Jean Jacques Bouya aura le temps de digérer cette pantalonnade de plus.

On est loin, très loin, du « Sassou me kiusa passola mbéssé ».

----------------------------------------------

REACTION D'UN PATRIOTE CONGOLAIS :

De mémoire d'observateur de la vie politique et diplomatique française, un chef d'état étranger, reçu seulement à la nuit tombée...jamais vu ! Et si on ajoute que cette "rencontre" ne figurait nulle part dans le timing de François HOLLANDE, le tableau est complété.
Pauvre SASSOU ! Un président reçu à 20h00 (hors planing officiel) et à l'heure où pratiquement tout le monde se met à table, c'est très rare. Mais bon, il faut bien recevoir la personne qui va financer la transition de la RCA. Dans quelques jours on nous annoncera un nouveau prêt (cadeau) de Sassou à la RCA, après avoir financé les deux parties : Bozizé et Séléka. Tarif minimum : 25 milliards de Frs CFA. Heureusement que le FMI a accordé le PPTE au clan de Sassou Nguesso.

Enfin, soulignons ici que le président Hollande n'est pas un barbare. Il est très bien élevé et très bien éduqué. C'est une question de savoir-vivre. Il n'a pas voulu frustrer un homme qui est venu de si loin compte tenu des frais que tout cela engendre pour le rencontrer. Mais pourquoi Sassou avait dans ses bagages son oncle, ministre de la (In)justice, M. Aimé-Emmanuel YOKA? Voulait-il plaider les dossiers des BMA et des DISPARUS DU BEAH, ou celui des membres du CDRC de M. Boukadia qu'il a pris en otage et qui a porté plainte à Paris contre le régime clanique de Mpila-Oyo-Edou pour prise d'otage et séquestration de citoyens Congolais, membres d'un parti politique d'opposition, pour délit d'opinion?

Partager cet article

Direct-Paris - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso

Economie

Catégories