Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 17:39
(Congo-Brazzaville) Je ne savais pas Sassou Nguesso aussi conscient que ça
par Mbiki De Nanitélamio

Dans une interview que l’on peut qualifier de confession, SassouNguesso ne s’est pas gêner de faire sa CONTRITION, cette confession par laquelle une personne n’a plus rien à craindre pour dire la vérité, rien que la vérité pour prétendre bénéficier des circonstances atténuantes de la part d’un peuple qu’il a longtemps fait souffrir. Voilà, ce qui lui aurait poussé de neutraliser Marcel Ntsourou, une façon de l’empêcher de dire avant lui ce qu’ils connaissent tous les deux.

Se moquant des Centrafricains, Denis Sassou Nguesso dit ne pas craindre se trouver en face des milices anarchiques qu’il a su désorganiser au Congo. Personne dans son pays, n’a la carrure de déstabiliser son régime aujourd’hui où tous les acteurs qui lui faisaient ombrage ont tous disparus. Depuis leur arrivée au pouvoir en juillet 1968, le parcours politique du Congo n’a été tracé que par lui après s’être réjouit de reconnaître que l’assassinat de Marien Ngouabi dont les circonstances n’ont jamais été élucidées depuis qu’il avait réussi à tuer sans vergogne le cardinal Émile Biayenda et Alphonse Massamba Débat, deux grandes figures originaires du Pool qui lui ont été d’un grand couvert auprès de la population Nord en général, particulièrement Kouyou avec le slogan : Ba Kongo ba bomi Marien. Yhombi Opango le boukouteur qu’il a laissé remplacer le guide n’était qu’un jouisseur qu’il a vite renversé sans problème, Thyster Tchikaya et Jean Pierre Ngombé, membre influents de l’État major spécial étant vite écartés par la confiance qu’il avait gagnée de Jean Michel Bokamba Yangouma qui avait la maîtrise des travailleurs et ouvriers affiliés à la CSC l’unique syndicat du pays. Et comme l’argent fait le bonheur des prétendants, avec le pétrole et Elf, il était devenu le roi et, le meilleur préfet que la France n’avait jamais eu au Congo après Félix Éboué.

Se vantant n’avoir jamais étudié en URSS ou dans un pays de l’Est sous le contrôle de l’Union Soviétique, Sassou Nguesso est fier d’avoir appris le communisme qui lu a été et lui reste d’un grand secours pour faire face à la grogne causée par une fracture sociale qui ne l’inquiète nullement aujourd’hui où il est suprêmement armé jusqu’à ironiser sur l’action française qui l’a ramené au pouvoir. Quant aux biens mal acquis, Sassou Nguesso qui n’a jamais eu une seule parcelle avant 1968, se dit être traité comme tout fonctionnaire de l’État congolais, il ne détiendrait aucun patrimoine en dehors de ses nombreux enfants qui possèderaient des maisons en France ou en Europe, alors qu’ils n’ont pourtant jamais travaillé et dont il est fier de leur contribution pour son bien être actuel. Fauché comme un rat d’église, Sassou Nguesso est prêt à défier toute personne physique ou morale qui lui contesterait sa vérité, jusqu’auprès d’une juridiction internationale mais, refuse qu’un des siens ne soit trainé devant une autre juridiction autre que celle du Congo qui ne reçoit que son ordre pour prononcer son verdict.

Fier de s’être donnée une ville à l’image de Louix XVI, Sassou Nguesso parle aussi de son village Oyo qui se situerait aux alentours du campement des pêcheurs, au passage de la barge sur l’Alima. Ce qui est très intéressant dans le passage qu’il a réservé à sa mère qui a toutes les mérites que toutes nos braves maman, c’est de ne pas suivre tous ces bons conseils que chaque congolais a reçu de ses parents à savoir :

1- Ne pas voler. Or, il est le plus grand voleur du pays, qualité qu’il a transmise aux siens en toute impunité;

2- Ne pas tricher. Là aussi, notre khani national excelle sans adversaire, pour le confondre, il suffit de voir comment réussi-t-il à éliminer tous ceux qu’il juge hostile à ses plans : Ntsourou est le dernier qui ne puisse pas me contredire.

3- Ne pas mentir. C’est l’une des qualités qu’un enfant ne peut même pas lui reconnaître tellement que mentir est l’un de ses meilleurs poisons pour atteindre sa plus grande qualité : tuer autrui qui ne lui donne même pas la chair de poule.

Enfin, Denis Sassou Nguesso a beau faire valoir la menace de ne pas :

- restituer les restes de De Brazza sous prétexte de changer la dénomination de Brazzaville, Sassou qui se moque aussi des membres de l’explorateur colonial qui ne savaient pas où se reposait leur ancêtre, lui qui ne veut pas montrer aux enfants Massamba Débat où a t-il laissé les restes du Président;

- avoir peur de la justice française qu’il veut traduire auprès d’une juridiction internationale alors qu’il refuse de faire valoir ses droits qui sont garantis dans ce pays;

Sassou Nguesso qui veut se servir du pétrole congolais et des autres richesses de ce pays, a aujourd’hui une grande peur de se sentir abandonné par la France de Hollande qu’il cherche à séduire qui à laisser comme dans le passé, 92% de la production du pétrole et toute recherche dans ce domaine, pour demeurer au pouvoir par tous les moyens, l’âge et la Constitution ne lui faisant plus peur maintenant qu’il est sure de prouver qu’il serait né en 1955, lui qui est rentré dans l’armée en dessous de ses 10 ans.

-------------------------------------------------

Mon cher Mbiki, voici la vérité :

-1) Neutraliser Ntsourou afin de l’empecher de dire avant lui tout ce qu’ils connaissent tous les deux ;

- 2) Personne au Congo pays n’a la carrure de déstabiliser son régime aujourd’hui ou tous les acteurs qui lui faisaient ombrage ont tous disparus (a citer entre autre : Kikanga, Diawara, Kibouala Nkaya, etc….).

En tout cas c’est vrai car Sassou est convaincu qu’aucun des ces officiers superieurs des forces armees et de la police qu’il a forme et ils les a promi aux grades superieures comme Ntsourou, ne peuvent pas lui faire face, il en est de toutes les fonctions civiles aussi.

-3) Depuis leur arrive au pouvoir en Juillet 1968 le parcours politique du Congo n’a ete trace que par lui après s’etre rejouit de reconnaitre que l’assassinat de Marien Ngouabi don’t les circonstances n’ont jamais ete elucidees depuis qu’il avait reussi a tuer sans vergogone le President Massamba Debat et le Cardinal Emile Biyenda, deux grandes figures originaires du Pool qui lui ont ete d’un grand couvert aupres de la population Nord en general, particulierement kouyou avec le slogan : Bakongo ba bomi Marien

- 4) Yhombi Opango le boukouteur qu’il a laissé remplacer le guide n’était qu’un jouisseur qu’il a vite renversé sans problème, Thyster Tchikaya et Jean Pierre Ngombé, membre influents de l’État major spécial étant vite écartés par la confiance qu’il avait gagnée de Jean Michel Bokamba Yangouma qui avait la maîtrise des travailleurs et ouvriers affiliés à la CSC l’unique syndicat du pays.

- 5) Il était devenu le roi et, le meilleur préfet que la France n’avait jamais eu au Congo après Félix Éboué

- 6) Sassou Nguesso est fier d’avoir appris le communism ( bien que n’avoir jamais étudié en URSS ou dans un pays de l’Est sous le contrôle de l’Union Soviétique), qui lui a été et lui reste d’un grand secours pour faire face à la grogne causée par une fracture sociale qui ne l’inquiète nullement aujourd’hui où il est suprêmement armé jusqu’à ironiser sur l’action française qui l’a ramené au pouvoir.

- 7) Sassou Nguesso qui n’a jamais eu une seule parcelle avant 1968, se dit être traité comme tout fonctionnaire de l’État congolais, il ne détiendrait aucun patrimoine en dehors de ses nombreux enfants qui possèderaient des maisons en France ou en Europe, alors qu’ils n’ont pourtant jamais travaillé et dont il est fier de leur contribution pour son bien être actuel. Fauché comme un rat d’église, Sassou Nguesso est prêt à défier toute personne physique ou morale qui lui contesterait sa vérité, jusqu’auprès d’une juridiction internationale mais, refuse qu’un des siens ne soit trainé devant une autre juridiction autre que celle du Congo qui ne reçoit que son ordre pour prononcer son verdict.

- 8) Sassou est fier de s’être donnée une ville à l’image de Louix XVI, Sassou Nguesso parle aussi de son village Oyo qui se situerait aux alentours du campement des pêcheurs, au passage de la barge sur l’Alima.

- 9) Ce qui est très intéressant dans le passage qu’il a réservé à sa mère qui a toutes les mérites que toutes nos braves maman, c’est de ne pas suivre tous ces bons conseils que chaque congolais a reçu de ses parents à savoir :

a)- Ne pas voler. Or, il est le plus grand voleur du pays, qualité qu’il a transmise aux siens en toute impunité;

b)- Ne pas tricher. Là aussi, notre khani national excelle sans adversaire, pour le confondre, il suffit de voir comment réussi-t-il à éliminer tous ceux qu’il juge hostile à ses plans : Ntsourou est le dernier qui ne puisse pas me contredire.

c)- Ne pas mentir. C’est l’une des qualités qu’un enfant ne peut même pas lui reconnaître tellement que mentir est l’un de ses meilleurs poisons pour atteindre sa plus grande qualité : tuer autrui qui ne lui donne même pas la chair de poule.

Enfin, Denis Sassou Nguesso a beau faire valoir la menace de ne pas :

d)- restituer les restes de De Brazza sous prétexte de changer la dénomination de Brazzaville, Sassou qui se moque aussi des membres de l’explorateur colonial qui ne savaient pas où se reposait leur ancêtre, lui qui ne veut pas montrer aux enfants Massamba Débat où a t-il laissé les restes du Président;

e) avoir peur de la justice française qu’il veut traduire auprès d’une juridiction internationale alors qu’il refuse de faire valoir ses droits qui sont garantis dans ce pays;

- 10) Sassou desire demeurer au pouvoir par tous les moyens, l’âge et la Constitution ne lui faisant plus peur maintenant qu’il est sure de prouver qu’il serait né en 1955, lui qui est rentré dans l’armée en dessous de ses 10 ans.

--

Partager cet article

Mbiki de Nanitelamio - dans Congo-Brazzaville Sassou Nguesso