Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 08:26
Françafrique/France/Congo : Sommet pour la paix et la sécurité en Afrique : il y a un malaise certain qu'il faut éviter

Sommet pour la paix et la sécurité en Afrique : il y a un malaise certain qu’il faut éviter

Les chefs d’Etat africains sont invités à Paris, les 6 et 7 décembre prochains, par le Président François Hollande pour un « sommet pour la paix et la sécurité en Afrique ». L’objectif est de définir les formes de la meilleure coopération pour prévenir et traiter les conflits, et pour lutter partout contre le terrorisme.

Selon moi, la question de la composition de la délégation officielle qui accompagnera Denis Sassou N’Guesso à ce sommet est un point auquel l’Elysée devrait porter une attention particulière compte tenu des enquêtes judiciaires en cours, notamment l’enquête sur l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville. Car si pour le moment Denis Sassou N’Guesso est protégé par l'immunité présidentielle, ce n'est pas le cas des autres personnes concernées par cette affaire.

François Hollande éviterait ainsi un malaise certain. La présence à un tel sommet des personnes qui ont commis des crimes contre l’humanité serait en effet un contre-sens absolu.

Si Jean Dominique Okemba par exemple faisait partie de cette délégation, il devra être interpellé et présenté aux magistrats instructeurs du pôle «crimes contre l’humanité» du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris dans le cadre de l’enquête sur l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville.

Neveu et inamovible conseiller spécial du vieux dictateur sanguinaire et corrompu Denis Sassou N’Guesso depuis son retour au pouvoir par les armes, le 15 octobre 1997, et secrétaire général du CNS (Conseil national de sécurité) depuis sa création, en décembre 2002, Jean Dominique Okemba est, de toute évidence, l’un des cerveaux de ce massacre dont il est clairement établi qu’il a été perpétré par la présidence de la République.

Il doit donc être interpellé et présenté dans la foulée aux magistrats instructeurs du pôle «crimes contre l’humanité» dès qu’il foulera le sol français.

Alors la question est : Denis Sassou N’Guesso bravera-t-il, une fois de plus, la justice française en imposant la présence de Jean Dominique Okemba dans sa délégation ?

Bienvenu MABILEMONO

SG du MUDC

Partager cet article

Economie

Catégories