Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 09:19
La GLNF doit chasser le dictateur Sassou Nguesso

La GLNF doit chasser le dictateur Sassou Nguesso

La Grande Loge Nationale Française doit chasser le dictateur Sassou Nguesso ! Par RIGOBERT OSSEBI

Pour la Grande Loge nationale française, (GLNF), la page François Stifani a été définitivement tournée.

Par ordonnance n°1541 du 4 décembre 2012, trois jours après son élection, le nouveau Grand Maître de la GLNF, Jean-Pierre Servel, a suspendu François Stifani pour « comportement contraire à l’éthique maçonnique, violation des textes fondateurs, le tout portant gravement atteinte au principes fondamentaux de l’ordre et étant de nature à compromettre le fonctionnement harmonieux de l’association, ainsi qu’à nuire à son image ». Dans le même document, « le Grand Maître :

- Interdit à François Stifani la fréquentation de toute loge, conseil ou assemblée dépendant de la GLNF;

- Interdit à toute loge de le recevoir;

- Ordonne que soient saisies les instances disciplinaires de la GLNF selon les délais et disposition réglementaire de la GLNF. »

Pourtant, la GLNF en a-t-elle terminé avec les mauvaises pratiques et les mauvaises fréquentations que l’on pouvait reprocher à l’ancien Grand Maître ?

Il est impossible de ne pas penser à la mauvaise influence qu’a pu exercer et qu’exerce toujours le dictateur-président congolais Denis Sassou NGuesso sur la GLNF. La Grande Loge Nationale Française est la Loge-mère de toutes les Grandes Loges d’Afrique francophone et donc du Congo Brazzaville dont l’autocrate congolais en est le Grand Maître. Mais, ce dernier vise également le titre de doyen des Grands Maîtres des loges maçonniques de la grande région qui va de Dakar, au Sénégal, à Pointe Noire, en République du Congo, en passant par Ouagadougou au Burkina Faso. Bozizé l’ancien président du Centrafrique avait été initié et intronisé par Denis Sassou NGuesso. (http://www.slateafrique.com/88481/congo-sassou-nguesso-parrain-franc-maconnerie ).

Denis Sassou NGuesso a toujours bénéficié du soutien et de la collaboration pleine et entière des Grands Maitres successifs de la GLNF, Claude Charbonniaud, Jean-Charles Foellner. François Stifani semble être allé beaucoup plus loin dans la fraternité avec le dictateur et cela n’étonnera personne. La GLNF serait-elle encore restée sur cette lancée ?

Il faut rappeler que la GLNF exige de toutes les loges qui lui sont associées le strict respect de la règle en 12 points (voir le site de la GLNF). Ainsi, notamment le point 3 énonce : « 3) La franc-maçonnerie est un Ordre auquel ne peuvent appartenir que les hommes libres et respectables qui s’engagent à mettre en pratique un idéal de paix, d’amour et de fraternité. » Et le point 9, « Les francs-maçons ne doivent admettre dans leurs Loges, que des hommes majeurs de réputation parfaite, gens d’honneurs, loyaux et discrets, dignes en tous points d’être leurs frères et aptes à reconnaître les bornes du domaine de l’homme et l’infinie puissance de l’éternel. »

Denis SASSOU NGUESSO, chef de cruelles guerres civiles et objet de poursuites judiciaires, est curieusement reconnu par la GLNF comme « un homme de réputation parfaite ». Qu’en sera-t-il demain lorsqu’il ne manquera pas d’être cité, très certainement, dans une procédure pour « crime contre l’humanité » ? Ce sera dans un premier temps dans l’affaire des « disparus du Beach » puis, sans aucun doute, dans celle du «des explosions du 4 mars 2012 ».

Pour l’instant aucun éloignement, rupture, mise à l’index n’est à l’ordre du jour. Le portrait de Sassou NGuesso orne toujours, en très bonne place, les bureaux de Grands Maîtres de la GLNF, même dans leurs résidences secondaires. Dernièrement une curieuse et discrète initiative a été prise par ses plus hautes instances :

ENI, le groupe pétrolier italien, a fait une énorme découverte pétrolière dans l’offshore congolais. Un méga gisement, dans le permis Nene Marine situé dans le bloc marine XII (un potentiel de 600 millions de barils d’huile et 20 milliards de m3 de gaz). Le pétrolier italien prévoit un énorme potentiel supplémentaire à cette découverte. De quoi accrocher encore davantage Denis Sassou NGuesso à son pouvoir et aiguiser tous les appétits.

ENI est un acteur majeur en Amont du pétrole dans le Golfe de Guinée et dans l’Aval du « gaz » en Europe. Sur le plan judiciaire, ENI a de sérieux ennuis en Italie avec des pratiques avérées de la corruption notamment en Algérie. Son Directeur Général, Paolo Scaroni, est au centre d’enquêtes menées par le Parquet de Milan. Des rumeurs de son remplacement circulent dans des milieux autorisés.

Curieusement dernièrement, le Conseil d’Administration d’ENI à Milan aurait été approché « discrètement » par de hauts responsables de la GLNF pour lui signaler « qu’elle avait de grands intérêts en Afrique, notamment dans le Golfe de Guinée, et qu’il faudrait veiller à ce que la nomination du successeur de Paolo Scaroni soit respectueuse de ces derniers ».

Décryptage :

Denis Sassou NGuesso a propulsé ses enfants et ses neveux dans la sous-traitance pétrolière. Les principaux producteurs-opérateurs au Congo sont TOTAL et ENI. Pour ces derniers peu importe le montant des factures de la sous-traitance « obligée » de la famille présidentielle, il est automatiquement inclus dans le coût de production (« cost oil »). La sous-traitance n’est alors qu’une forme déguisée de la corruption. L’augmenter pour cette raison leur permet d’en faire de même avec leurs propres coûts. Raison pour laquelle le « cost oil » congolais est le plus élevé au monde.

La famille présidentielle contrôle tout ou presque, avec des hommes de paille ou non : les logements, les hôtels, les restaurants, le catering, les véhicules (interdiction pour les compagnies de les acheter donc obligation de les louer), les jets-privés, les travaux publics, certains équipements et jusqu’au choix des partenaires majeurs dans la construction des barges, des « supply » et des FPSO en Corée ou en Chine….

Pour être bien sûr de conserver ce lucratif business, dans les coulisses la candidature d’un Directeur d’ENI, ancien Directeur d’ENI-Congo marié à une Congolaise (que certains, un temps, disaient de la famille de Madame Antoinette Sassou NGuesso), est très discrètement soutenue en exerçant des pressions subtiles.

La démarche de la GLNF entrerait bien alors dans ce sens, représentée par quelques membres influents et acquis au dictateur.

La Grande Loge nationale française, après s’être enfin libérée de la mauvaise influence de François Stifani, gagnerait beaucoup à en faire de même avec le dictateur congolais qui a été en grande partie l’associé ou le responsable des grandes dérives reprochées à l’avocat antibois. Comme la Grande Loge Unie d’Angleterre (GLUA) avait retiré le 12 septembre 2012 sa reconnaissance à la GLNF, cette dernière devrait en faire de même avec la Grande Loge du Congo Brazzaville.

De son côté Ali Bongo Ondimba, le président du Gabon, pour s’exonérer de la tutelle du très gênant Grand Maître de Brazzaville, et de ses alliés parisiens, a fait commencer la réalisation d’un temple maçonnique pharaonique, pour un montant de 130 millions d’euros, dans les sous-sols de l’hôtel Pozzo di Borgo rue de l’Université à Paris qu’il a récemment acquis.

Aux mêmes motifs que ceux reprochés à François Stifani et aux mêmes conséquences, le nouveau Grand Maître de la GLNF, Jean-Pierre Servel, devrait prendre sans trop attendre l’initiative de rompre avec cette Grande Loge dont les rites initiatiques et l’instrumentalisation politique n’ont rien à voir avec le message d’humanité que la Franc-maçonnerie déclare vouloir apporter.

Par Rigobert OSSEBI

Partager cet article

Economie

Catégories