Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 17:41
Affaire des Disparus du Beach : l'Amiral et d'plomate Hilaire Moko, neveu de Sassou Nguesso, en fuite à Brazzaville

AFFAIRE DES DISPARUS DU BEACH : L’amiral et diplomate Hilaire Moko en fuite à Brazzaville…

Publié le 10/10/2013 par minguabiango

Nommé sénateur à vie et intouchable de son pays, l’ancien président et dictateur chilien, le général Augusto Pinochet accédait à l’immunité diplomatique. Le vieillard se croyait donc à l’abri de toute arrestation en dehors de son pays. Son arrestation le 16 octobre 1998 à Londres et son assignation à résidence étaient donc un précédent dans le droit international. La longue bataille judiciaire déboucha sur un fait : l’immunité diplomatique ne couvre pas les crimes contre l’humanité.

L’affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville ayant été requalifiée par la justice française de crime contre l’humanité, explique l’interpellation et l’audition à Paris malgré leur immunité diplomatique des généraux congolais Norbert Dabira, mais surtout du général et ministre des mines Pierre Oba, qui à l’époque des faits était le ministre de l’intérieur de Sassou Nguesso.

C’est donc tout naturellement que les observateurs de cette affaire judiciaire qui empêche Sassou Nguesso de dormir, avaient parié sur la prochaine interpellation et audition de l’amiral Hilaire Moko, bien que jouissant de l’immunité diplomatique puisqu’en poste comme attaché militaire à l’ambassade du Congo-Brazzaville à Paris. En effet, il était à l’époque des faits, directeur de la sécurité présidentielle de Sassou Nguesso.

Mais depuis l’interpellation de Pierre Oba à Paris, l’amiral Hilaire Moko est introuvable et serait rentré en catastrophe à Brazzaville pour se mettre à l’abri croit-il, et à la demande du dictateur congolais Sassou Nguesso.

Selon les spécialistes de ce dossier, se seraient les gardes présidentiels dirigés par Hilaire Moko et la garde républicaine du général Blaise Adoua mort empoisonné, qui auraient procédé à la sélection et ensuite au massacre des réfugiés congolais ‘’originaire des régions sud du pays et hostiles à sassou’’ débarqués au Beach de Brazzaville et en provenance de Kinshasa (RDC).

Lorsqu’on sait que les différents acteurs civils et militaires impliqués dans les massacres du Beach de Brazzaville meurent de mort suspecte, il est à parier que la choix de Hilaire Moko de prendre la poudre d’escampette et rentrer à Brazzaville était cornélien. Prendre le risque d’une interpellation et incarcération en France ou remettre sa vie en les mains de son maître !

Quel en sera l’épilogue, les paris sont ouverts…une chose est sûre, les fantômes du Beach de Brazzaville hantent le palais de Mpila !

La Rédaction

(Extrait de www.congo-liberty.com)

Partager cet article

Economie

Catégories