Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 09:52
[Congo-Brazzaville/RDCongo] Affaire Kulunas : Nul besoin d'être pire que Ndenguet...

KULUNAS/MA REPONSE A ROCIL OTOUNA : "NUL BESOIN D'ETRE PIRE QUE NDENGUET POUR METTRE FIN AU PHENOMENE DES KULUNAS..."

A monsieur Rocil Otouna, je pense que les kulunas ne sont pas des milliers mais des gangs de quelques individus qui doivent demeurer quelque part dans nos grandes villes et utiliser un réseau pour revendre les produits volés. Ils doivent bien vivre quelque part à Brazzaville, voir louer chez des Congolais ! Avec des filatures par des policiers en civil bien postés à des endroits stratégiques et en interrogeant la population, on peut facilement les épingler dans leur sommeil. Sassou a toujours fonctionné avec un système de renseignement puissant et nous nous étonnons qu’il ne demande pas à Jean Dominique Okemba d’aider Ndenguet : c’est une question d’ordre national sur le plan sécuritaire, non ?

Si Jean-François Ndenguet voulait arrêter les kulunas, il y parviendrait en quarante-huit ou soixante-douze heures. Brazzaville n'est pas aussi vaste que Kinshasa. Encore faille-t-il mettre en place un vrai plan et surtout exercer un puissant contrôle d'identité en évitant de laisser entrer n'importe qui au Congo - surtout sans invitation. Les choses doivent d'abord être tentées au lieu de se contenter de simples imprécations pour exciter la population...

Il faut donc se poser des questions sur la non-arrestation des kulunas. Qu'a-t-on déjà tenté ? Il faut que les victimes commencent par porter plainte contre x - ça va obliger notre "injustice" à diligenter des enquêtes. Etudier leur mode de locomotion : sont-ils à pied ou motorisés ? S’ils sont motorisés, ils ont besoin de carburant - donc surveiller les stations et les lieux de vente de carburant ; s'ils sont à pied, la filature est possible pour retrouver leur quartier général. Ils doivent bien se nourrir, ces voyous ; aucun détail ne doit être négligé…

Pourquoi la solidarité urbaine n'agit pas pour les arrêter ? Qu'a déjà fait Ndenguet contre les kulunas avant de lancer des imprécations tartares ? Un policier est un être froid, méthodique qui parfois utilise des espions ou même la corruption dans le camp ennemi pour arriver à ses fins. Si un homme compétent était à la place de Ndenguet, il y a longtemps qu'on aurait arrêté les kulunas...

Oui, il faut prendre le phénomène au sérieux - comme toute forme de délinquance à tous les niveaux. Le prendre au sérieux, c'est l'étudier avec des outils et des méthodes modernes en y allouant les ressources appropriées et si Jean-François Ndenguet s'y prenait bien, il peut y arriver ! Le Congo a bien arrêté le Général Munene que je sache et il ne parviendrait pas à arrêter de petits bandits de grand chemin ?

Le phénomène kuluna a une dimension migrationnelle. Il faut un recensement strict de tous les étrangers au Congo pour éviter de verser dans la discrimination et bien insister sur deux choses : la régularité du séjour et les moyens d'existence : travail, études, commerce, etc. Ne pas hésiter à refouler aux frontières tous ceux qui ne sont pas en règle en les remettant à la police de Kinshasa qui pourrait aussi les rechercher. Les kulunas peuvent être l’occasion de résoudre le désordre des flux migratoires au Congo.

A l'heure des portables et des appareils numériques, la police devrait déjà avoir des photos de tous ces bandits. Il faut, si elle n'existe pas encore, créer une brigade de lutte contre le grand banditisme. On peut former une équipe dont le travail serait uniquement de traquer ces kulunas – avec un entraînement spécifique – pourquoi pas envoyer quelques-uns à l’étranger à ce propos. Sont-ils armés ? De quelles armes disposent-ils ? Ont-ils juste des machettes comme on le prétend ? Pratiquent-ils les arts martiaux ? Il y a forcément des camps où ils s’entraînent… Il y a tout de même des gens intelligents dans notre police !

Je dénonce depuis des années et ceux qui me lisent peuvent en témoigner que le Congo est une passoire sur le plan migratoire et ceci n'est pas digne d'une république qui se respecte ! Oui, la RDC est un pays frère mais ce n’est pas une raison pour laisser entrer n’importe qui au Congo. Le Congo, berceau du kimuntu, est un pays d’accueil mais pas pour toutes les misères du monde et pour tous les gredins de la planète !

Pour finir, comment de petits gangs de voyous peuvent-ils mettre en échec toute une police nationale ? On pourrait demander des renforts de policiers d'autres villes si nécessaire et surtout, faire appel à l'armée. Alors quand il s’agit de châtier des Bakoongos dans le Pool, Denis Sassou Nguesso lance l’opération Mouébara et contre les kulunas qui terrorisent les populations, rien du tout ? Serait-il celui qui tire le phénomène en coulisse pour créer des troubles publics en 2016 afin de proclamer l’état d’urgence, suspendre la Constitution dans le but de se maintenir au pouvoir ?

Le Congo dispose d'hélicoptères qui peuvent servir à les interpeller en coordination avec des troupes au sol. Si les kulunas fuient Kinshasa pour Brazzaville, c’est parce que la traque que la police de Kin mène contre eux commence à porter ses fruits…

Les kulunas ont forcément un modus vivendi et un modus operandi (des lieux, des heures, des mœurs, etc) qu'il faudra bien étudier : ils s’alimentent en boissons et en drogues. Or, au Congo, tous ceux qui trafiquent sont bien connus ; il suffit de les surveiller.

Notez bien que la police nationale possède déjà l'usage de la force légitime ; donc point besoin de le préciser puisque nul n'est censé ignorer la loi - surtout pas des étrangers qui vivent chez nous ! En cas de besoin, nous savons tous que la police a le droit d'exercer la force surtout si les prévenus n'obtempèrent pas.

Voilà, je pense qu'avant d'en arriver au crime, on peut utiliser les méthodes d'une police normale qui pourrait demander de l'aide à l'armée s'il le faut pour traquer des malfaiteurs et les traduire devant les tribunaux. Si la peur change de camp, les kulunas vont arrêter de sévir. Nous avons affaire à des êtres humains et non aux petits-frères de Vampirella qui disparaissent au petit matin. Que la police commence par faire son travail au lieu de simplement terroriser le peuple, mon cher Rocil Otouna...

Sur le plan sociologique, les kulunas sont l'expression de la misère absolue qui au lieu de s'en prendre au système qui ne leur a pas offert un avenir utilise la machette contre le peuple pour survivre. Ce n'est certainement pas un phénomène propre à la RDC car nous suspectons l'existence de kulunas congolais, bien de chez nous. Le jour où un politicien parviendra à bien orienter une telle force vers plus de démocratie, je vous laisse deviner le reste...

LION DE MAKANDA(Extrait de : www.demainlenouveaucongobrazzaville.org)

Partager cet article

Lion de Makanda

Economie

Catégories