Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • LA LETTRE DU CONGO-MFOA
  • : Blog contre la corruption, la cupidité, l'avidité et la concussion (C.A.C.) au Congo-Brazzaville
  • Contact

Divers

Recherche

4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 16:20
[Congo-Brazzaville/Françafrique] Forum Forbes : pour quelques milliards de plus.

Chacun le sait : l’argent ruisselle en torrents, que disons-nous, en fleuves entiers au Congo. Les nantis congolais ne savent plus réellement quoi en faire. La furie dans la construction d’hôtels, de somptueuses villas, l’achat de limousines de grand luxe, de 4x4, l’organisation de fêtes, etc. ne suffit pas à tarir le puissant courant. Aujourd'hui, l'une des façons de s’enrichir et de gaspiller les deniers publics, c’est l’organisation de colloques et de forums bidon. Dans ce domaine, il suffit d’avoir de l’imagination. Le distributeur automatique de billets de banque tourne à plein régime au Congo, jour et nuit. Il est au service aussi bien des organisateurs de forums que de quelque politicien européen sur le retour, si ce ne sont ceux qui fuient la crise et les vaches maigres sur le "vieux continent" et qui ont bien appris à exploiter la simplicité d'esprit de ces "Africains qui ne sont pas encore entrés dans l'histoire ", des hommes incapables de penser par eux-mêmes, toujours prêts à gober tous les discours venus d'ailleurs, du marxisme léninisme au christianisme, en passant par la franc-maçonnerie, en attendant demain le bouddhisme ou l’hindouisme.

Dernière folie en date, l’organisation à Brazzaville à partir du 23 juillet dernier du forum économique annuel du magazine francophone Forbes Afrique. Quelques dizaines de milliards de FCFA partis en fumée. Mais pas pour tous.

Pour la circonstance, le clan au pouvoir a mis les petits plats dans les grands, en invitant du beau monde soigné, bien entendu, aux petits oignons, puisque transporté dans la compagnie aérienne appartenant aux membres du clan au pouvoir, logé dans leurs hôtels, nourri dans leurs restaurants, et abrités sous les chapiteaux loués par les membres de la famille. Bref, une façon de recycler ou de blanchir de la menue monnaie. « L’argent appelle l’argent », chantait Pamelo. « L’argent reste dans la famille », a dit un chauffeur de taxi rencontré au quartier Ta Nkombo. Du grand art.

Ledit forum, dit-on, portait sur « l’émergence des classes moyennes africaines », une classe moyenne qui ne s’est d’ailleurs pas vraiment sentie concernée puisque ayant été soigneusement tenue à l’écart.

Parmi les « grands » de ce monde qui se préoccupaient du sort des Africains et invités à débattre des thèmes comme le financement des infrastructures, les nouveaux marchés et leurs conséquences sur l’emploi, ou encore les changements des pratiques culturelles, sociales et économiques ont été sollicités notamment les présidents sud-africain et sénégalais Jacob Zuma et Macky Sall, l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt, l'ancien Premier ministre français Rocard, le président de l’UMP Jean François Copé, le PDG de Paribas Lionel Zinsou, l’ambassadeur américain et ancien maire d’Atlanta Andrew Young...

Le forum était animé non pas par une vedette de la presse locale (c'est vrai, ils sont tous incompétents, on est d'accord sur ce point) mais par « la reine » Christine Ockrent, une Belge ancienne présentatrice du journal télévisé d’Antenne 2 (aujourd’hui France 2) et épouse de Bernard Kouchner.

Il va sans dire qu'un tel forum n’apportera absolument rien aux fameuses classes moyennes africaines. Mais on ne pourra en dire autant de certains participants à la fête, et surtout à son organisateur. Sassou, qui veut coûte que coûte mourir au pouvoir en modifiant la Constitution retire en effet le plus grand bénéfice d'un forum destiné avant tout à soigner son image internationale. De ce point de vue c'est assez réussi. Le grand homme peut maintenant aller s'aérer les narines loin du péril fécal qui empuantit la rue congolaise, dans son château en Espagne par exemple, comme du reste chaque année, le coeur léger, avec le sentiment du devoir accompli...

Par Benjamin BILOMBOT BITADYS

Partager cet article

Benjamin Bilombot-Bitadys

Economie

Catégories